Chronique, Lecture saga

LECTURE SAGA : « Elfes » (3 vol.)

Bonjour les passionnés de lecture,
Je vous présente mon avis sur les trois premiers tomes de cette saga bande dessinée consacrée aux Elfes par un collectif d’auteurs et de dessinateurs.   

J’ai emprunté ces trois tomes à la bibliothèque municipale au mois d’octobre 2017. 

 
Nombre de tomes : 1-3/17?
Date de l’édition : 2013-2017?
Edition : Soleil
Nombre de pages : env. 52 p.



Saga :

Elfes
1. Le crystal des Elfes bleus
2. L’honneur des Elfes sylvains
3. Elfe blanc, coeur noir

Edition de publication : Soleil

Genre / Thèmes : Graphique, bande dessinée, fantasy

LE CRYSTAL DES ELFES BLEUS
 
 
Titre : Elfes 1. Le crystal des elfes bleus
Date de publication : 2013
Nombre de pages : 54 p.
Dates de lecture : 29 septembre 2017 (Bilan de septembre 2017)
Edition lue : SoleilRésumé de ce tome : Les Elfes bleus d’Ennlya, une petite ville portuaire du Nordrenn, ont tous été massacrés ! L’Elfe bleue Lanawyn et Turin, un homme réputé, enquêtent alors que toutes les pistes mènent vers un clan d’Yrlanais, ces Hommes du nord qui haïssent les Elfes. Dans la cité île Elsemur, Vaalan une jeune Elfe bleue passe l’épreuve de l’eau des sens. La mère prophétesse voit son avenir proche, un avenir lié au crystal sacré.« Celui qui contrôle le crystal, contrôle l’océan. » Cette annonce fait grand bruit et il se murmure que Vaalann pourrait être le messie que les Elfes bleus attendent depuis plusieurs générations… 

Avis : Une bande dessinée fantasy adulte sur les elfes ! Je souhaitais me plonger dans une histoire fantasy adulte avec des elfes, des hommes et des orks… J’ai donc emprunté les trois premiers de cette saga bd. Les tomes peuvent se lire indépendamment car les personnages ne sont pas les mêmes. On a différentes histoires  dans un même univers où l’on voit différentes races d’elfes. 

Note sur cette nouvelle : 4/5 (très bonne lecture)

L’HONNEUR DES ELFES SYLVAINS
 
Titre : Elfes 2. L’honneur des elfes sylvains
Date de publication : 2013
Nombre de pages : 52 p.
Dates de lecture : 01 octobre 2017 (Bilan d’octobre 2017)
Edition lue : SoleilRésumé de ce tome : Les humains s’inquiètent car les Rois des Archipels font appel aux orcs et aux gobelins pour mettre à sac leur ville. Le traité n’est plus respecté et le royaume est en grand danger. La jeune Llali propose alors de chercher de l’aide auprès des elfes de la forêt, mais ils n’aiment pas les humains, les « feljs » comme le disent les elfes de cette contrée. Llali insiste pourtant et veut même y aller pour obtenir l’aide du peuple magique. Mais son père s’y refuse et lui interdit de s’y rendre. En effet, elle est l’élue et ne doit pas prendre le risque de perdre la vie. Malgré tout, elle s’enfuit la nuit venue et tente d’atteindre la forêt pour négocier l’aide des elfes. Son homme d’armes, Imgam, l’a vue partir et il la suit pour la protéger. Les deux humains sont très vite attaqués par une horde de gobelins féroces. Dans le combat, Imgam perd la vie. Llali tente d’échapper à la horde menée par de dangereux orcs, mais elle est vite acculée dans une grotte, prise au piège ! Un elfe sylvain, Yfass, vient alors à son secours…

Avis : Une bande dessinée fantasy adulte sur les elfes ! Je souhaitais me plonger dans une histoire fantasy adulte avec des elfes, des hommes et des orks… Les tomes peuvent se lire indépendamment car les personnages ne sont pas les mêmes. On découvre les Elfes sylvains liés à la nature. 

Note sur cette nouvelle : 4/5 (très bonne lecture)

ELFE BLANC, COEUR NOIR
 
Titre : Elfes 3. Elfe blanc, coeur noir
Date de publication : 2013
Nombre de pages : 52 p.
Dates de lecture : 02 octobre 2017 (Bilan d’octobre 2017)
Edition lue : SoleilRésumé de ce tome : Immortels et sages, les Elfes blancs vivent sur leurs îles, loin des hommes et des autres Elfes. Ils se considèrent comme les gardiens du monde et s’efforcent de protéger tout ce qui doit un jour disparaître : des livres, des armes, des oeuvres d’arts et parfois même des créatures vivantes. Aussi, quand le dernier dragon blanc est aperçu sur la terre des hommes, les elfes n’ont d’autre choix que de le prendre en chasse pour le ramener sur leurs îles. Ils envoient deux de leurs meilleurs pisteurs après le monstre. Elfes blancs, dragon blanc. La traque commence…

Avis : Une bande dessinée fantasy adulte sur les elfes ! Je souhaitais me plonger dans une histoire fantasy adulte avec des elfes, des hommes et des orks… Les tomes peuvent se lire indépendamment car les personnages ne sont pas les mêmes. On découvre les Elfes blancs reculés dans les îles. Il y a un dragon dans l’histoire. 

 

Note sur cette nouvelle : 4/5 (très bonne lecture)

 

Mon avis :

J’ai emprunté ces tomes à la bibliothèque de ma ville. Je souhaitais lire une histoire de fantasy avec des créatures de fantasy. J’ai emprunté les 3 premiers tomes de cette saga de plus de 10 tomes.

Cette saga a plusieurs originalités : 

  • chaque tome est indépendant des un des autres mais dans un même univers ; 
  • chaque tome a des auteurs et dessinateurs différents ; 
  • on se concentre sur le peuple des Elfes. 
Tout d’abord, nous sommes sur une saga avec beaucoup de tomes. En 2017, nous sommes déjà à 17 tomes. Je ne pourrais pas lire la saga en entier car je les emprunte à la bibliothèque. 
Cette saga est une collaboration avec des auteurs et des dessinateurs différents à chaque tome. On reste cependant dans un même univers et une même ligne graphique
 
Je suis novice en fantasy adulte donc je voulais débuter avec une bande dessinée. J’espérais que le contexte ne soit pas compliqué et ce fut une très bonne surprise. 
Chaque tome est indépendant mais on est dans un même univers où interagissent des elfes, des orks, des gobelins et des humains (cf. la carte).   
Il y a plusieurs « races » d’elfes. Dans ces trois premiers tomes, on découvre les elfes bleus vivant sur les eaux, les elfes sylvains proche de la nature et des animaux et les elfes blancs isolés sur leur île à la recherche de dragons. 
Un autre originalité graphique : les tons des planches sont en raccord avec la race des elfes (cf. planches : le tome 1 est bleu, le tome 2 est vert/marron et le tome 3 est blanc/marron).C’est une saga bd fantasy adulte car on a des intrigues complexes avec des messages actuelles et il y a quelques planches sexys. 

 
Il existe une autre saga consacrée aux Nains
Une saga fantasy bd avec des tomes indépendants ! 
 

 

Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies.

 

Publicités
Chronique, Lecture

LECTURE : « Quand la nuit devient jour » de Sophie JOMAIN

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le roman de Sophie JOMAIN : Quand la nuit devient jour.   

Je remercie Call me Sab et Des Livres / Une fille car j’ai pu échanger avec elles mon avis lors de ma lecture. 

Auteur : Sophie JOMAIN, française
Titre : Quand la nuit devient jour
Nombre de tomes : 1/1
Date de l’édition : 2016
Edition : France Loisirs
Nombre de pages : 240 p.


Format lu : Livre papier, grand format

Genre / Thèmes : Narratif, roman, contemporain

Résumé :  On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà. La dépression. Ma faiblesse. Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début. J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois. Le 6 avril 2016. Par euthanasie volontaire assistée.
Dates de lecture : 20 – 25 juillet 2017 (Bilan lecture du mois de juillet 2017)
 

Mon avis :

Avant de commencer ce livre, j’avais quelques aprioris. Dès sa sortie, ce livre a fait l’objet d’un énorme succès : on le voyait partout et tout le monde aimait cette histoire.Le thème centrale de cette histoire est l’euthanasie volontaire assistée qu’une jeune femme effectue pour dépression.

Dans un premier temps, je ne voulais pas lire ce roman car le sujet de l’euthanasie volontaire est un sujet débat et je n’ai pas d’avis tranché. Je comprends que c’est un bon sujet à traiter et qu’il y ait un lectorat intéressé par une intrigue sur ce thème.

Ce sont les avis opposés de Des livres / Une fille et Call me Sab qui m’ont convaincu à le lire ! Elles font parties de mes influençeurs Booktube : j’aime les lectures qu’elles présentent et je partage généralement leurs avis. Suite à ces deux vidéos (cf. ci-dessous), j’ai voulu me faire mon propre avis.

J’ai suivi leurs conseils de le lire au bon moment.

 

 

J’ai donc attendu le bon moment pour le lire : il fallait que j’avais envie de le lire, être ouverte sur l’euthanasie sans avis négatif ou positif sur le sujet, et ne pas avoir en tête les avis de booktubeurs ou blogueurs sur ce roman.

Lors de ma lecture, j’ai pu échanger mon avis en direct avec Call me Sab et Des Livres / Une fille. J’ai pu parler de mes attentes, de mes réflexions sur l’intrigue et les personnages, du bouleversement opéré lors de ma lecture et de ma déception !

On ne peut pas lire ce livre sans connaître son sujet principal car cela peut en déstabiliser plus d’un ! Je tiens à souligner que ce thème est très peu abordé et c’est le premier roman que je lis sur l’euthanasie.

Je voulais lire ce livre sans attente et sans lui donner une pression avant de commencer à le lire. Toutefois, je dois avouer qu’il y a des choses que je ne voulais pas retrouver dans l’intrigue.

C’est le premier roman contemporain de Sophie Jomain que je lis. Je connais sa plume dans ces romans fantastiques : Les étoiles de Noss Head, Felicity Atcock et Pamphlet contre un vampire. Je souhaite vous parler justement de sa plume car l’écriture de Sophie Jomain m’a bouleversé !

 

Ce fut une déception ! J’ai retrouvé tous les éléments que je ne voulais surtout pas voir dans un roman sur ce thème. Bien que j’étais consciente qu’il s’agissait d’une fiction, je ne voulais pas lire une romance ni avoir l’absence de détails sur les démarches administratives et médicales sur l’euthanasie volontaire et surtout pas avoir une héroïne atteinte de dépression. Malheureusement, j’ai retrouvé tous ces éléments !

C’est un roman donc une fiction donc ne vous attendez pas à avoir un témoignage sur un patient. Je pense que Sophie Jomain a fait des recherches sur le sujet cependant elle n’a pas abordé les démarches administratives et médicales importantes à effectuer pour demander l’euthanasie ni celles après l’approbation du conseil. Certains éléments sur ces questions sont traités mais ce n’est qu’une partie mineure du roman (l’enterrement, la réaction des proches, où et comment …).

L’autrice nous raconte les raisons de Camille pour mettre fin à ses jours et la réaction de ses parents suite à l’accord du conseil médical dans les 40 premières pages. L’intrigue principale est concentrée sur la phase précédent l’euthanisie (la psychanalyse et la préparation à la mort volontaire dans un centre spécialisé) et le jour de l’euthanisie. 

Je ne comprends pas comment on peut avoir un coup de coeur pour ce roman car il y a beaucoup de choses à en dire et à cause de son thème, il y a des défauts.

Le sujet de l’euthanasie volontaire est considéré comme personnel et encore illégal en France. Attention les demandeurs sont évalués par un corps médical spécialisé et quelques pays ont légalisé la démarche sous l’accord du conseil. Le patient a toutefois encore le droit de se rétracter jusqu’au fixé et il est suivi par des spécialistes entre le moment de la validation du conseil et le jour fixé de sa mort volontaire.  

Mon avis sur ce livre est donc personnel et propre mais j’ai conscience que c’est une fiction et non un témoignage.

Je n’ai pas été convaincu par « les raisons » de Camille pour mettre fin à ses jours. Contrairement à un autre roman, je n’ai pas pu rester indifférente aux arguments du personnage principal car c’est un sujet polémique et je n’ai pas d’avis tranché sur le sujet. J’attendais que Sophie Jomain m’explique les raisons du personnage et qu’elle arrive à « me convaincre du bien fonder de sa décision ». Ce ne fut malheureusement pas le cas et j’ai été même révoltée que l’autrice traite ce sujet pour un type de « dépression ». Le côté administratif et médical de cette démarche est trop peu présent.

J’ai aimé la réaction des parents car elle est « légitime » et j’ai été touchée par leur sort. J’aurais souhaité que l’on est plus de passages avec eux car Camille est souvent seule et « dépressive ». J’ai trouvé le personnage de Camille très égoïste du début à la fin. Le personnage masculin est intriguant mais on s’y attache et il nous fait presque aimer le personnage de Camille.

La fin est un retournement de situation grâce à la plume de Sophie Jomain. 

J’ai été surprise qu’aucune chronique ne fasse mention d’une scène de « viol/attouchement ». Cette scène n’apporte rien à l’histoire et peut choquer certains lecteurs. 

Je retiens surtout que ce livre a été retournement : il m’a bouleversé (en bien et en mal) par le sujet et les réactions que j’ai eu lors de ma lecture. Je pense que la plume et le ton de Sophie Jomain était juste et parfaite car elle a réussi à provoquer beaucoup d’émotions contradictoires durant ma lecture.

Bien que ce soit une déception, je souhaite le relire car j’ai adoré la plume de Sophie Jomain et le mélange de sentiments qu’il a provoqué lors de ma lecture.

Une déception attendue mais une plume parfaite ! 
 

Note :

 

Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies

 

Chronique, Lecture

LECTURE : « Everything, everything » de Nicola YOON

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le roman Everything, everything de Nicola YOON.   

Auteur : Nicola YOON, américaine-jamaïcaine
Titre : Everything, everything
Nombre de tomes : 1/1
Date de l’édition : 2016
Edition : France Loisirs


Format lu : Livre, grand format

Genre / Thèmes : Narratif, roman, jeunesse, contemporain

Résumé :  Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.
 
Dates de lecture : 28 août – septembre 2017 (Bilan lecture du mois de septembre 2017)

Couvertures et mise en page : 

  

Ce livre a plusieurs particularités de mise en page car il a 3 couvertures différentes : celle d’origine de Bayard, celle de France Loisirs et celle reprenant l’affiche du film. 

L’autre particularité majeure est que ce n’est pas uniquement un roman fait de lignes mais il y a l’insertion de dessins, de graphiques, de captures écrans de sms et mails. 

Ce roman a été adapté au cinéma en 2017.

Mon avis :

Ce livre a été très vite un succès en librairie et il a été très rapidement adapté au cinéma.


Avant de commencer cette lecture, j’ai eu un coup de coeur pour les couvertures de Bayard et de France Loisirs, ainsi que pour l’objet livre grâce à cette mise en page originale. 


Malgré les avis très positifs sur ce roman, j’avais des craintes personnelles sur la véracité des propos sur la maladie et sur le fait que j’ai de plus en plus de mal à lire des romances jeunesses contemporaines.Le roman met en lumière une maladie génétique très rare, très peu connue et jamais décrite dans un roman. La maladie de l’héroïne est le Déficit immunitaire combiné sévère (DICS) ou « la maladie de l’enfant-bulle ».L’autrice ne sait pas contenter de ce thème original pour se distinguer des romans du genre jeunesse. Les personnages sont d’ethnies différentes, les centres d’intérêt des personnages sont littéraires et scientifiques et on a des thèmes plus difficiles abordés : la violence, la mort, l’homosexualité, l’avenir … La mise en page est réellement un plus non négligeable : les dessins, les mails, les textos … Elle contribue au plaisir de lecture sans entacher le sens du roman. Un plus mais aussi un outil à la lecture.

Dans ce roman, nous sommes sous le point de vue de Madeline. Une jeune fille de 18 ans, passionnée par la lecture et très intelligente. Du fait de sa maladie, elle vit chez elle avec sa mère et elle étudie par correspondance : l’une de ses matières est l’architecture.

Sa vie « tranquille et monotome » est bouleversée quand des nouveaux voisins s’installent en face de chez elle. Elle rencontre par fenêtre interposée Oliver surnommé Olly.

Madeline représente « LA littéraire » et Olly est « LE scientifique ».

Les amoureux des livres seront ravis car on a des mentions d’oeuvres littéraires. 

Ce roman est avant tout une romance young-adult. J’ai été surprise de m’attacher très vite au personnage de Madeline et d’aimer le petit jeu de « séduction » entre les personnages. Bien que la romance soit le thème principal, j’ai aimé que l’autrice traite d’autres thèmes : la scolarité, la violence, l’éducation, les rêves, l’avenir, la maladie …

Il peut être divisé en « deux parties » car il y a un évènement qui créé un basculement dans l’intrigue (p. 202). J’ai aimé la lecture de la « première partie » : c’était addictif, simple et léger à lire et je me suis surprise à aimer cette romance. La « deuxième partie » m’a paru en revanche surréaliste !

Malheureusement, le thème de la maladie DICS mis en avant est très peu abordé de manière réaliste. Je ne suis pas médecin mais il y a des éléments médicaux qui m’ont paru surréaliste ou pris trop à la légère. Je tiens à souligner que ce roman n’est pas un essai sur cette maladie génétique donc il ne faut pas croire que le cas de Madeline est celui de ceux d’enfant atteint de cette maladie. Je pense que l’autrice voulait sensibiliser les lecteurs sur ce type de maladie. 

Malgré des évènements négatifs et des thèmes difficiles, ce roman transmet un message positif sur la vie. C’est une lecture agréable, rapide et mignonne ! 

J’aimais beaucoup cette lecture mais la « deuxième partie » a un peu tout gâché !

La fin se résout un peu trop rapidement et il y a quelques incohérences « médicales ».

Cette lecture me rend perplexe car j’ai été surprise de voir les pages défilées et aimées ma lecture mais j’ai détesté le thème de la maladie abordé de cette manière et la fin trop vite résolue. C’est une petite déception mais je relierai ce livre avec plaisir.

Une lecture originale et légère mais ce n’est pas un essai médical ! 

Note :

 

Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies

 

Lecture saga, Non classé

LECTURE SAGA : « Culottées » de Pénélope BAGIEU (2 vol.)

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur les deux tomes de Culottées de Pénélope BAGIEU.


 

Mise en page :

 
Auteur : Pénélope BAGIEU, française
Saga : Culottées
Titres : Culottées 1 et Culottées 2
Nombre de tomes : 1-2/2
Date de l’édition : 2016-2017
Edition : Gallimard / Bande dessinée 

Dates de lecture des 2 tomes : 08 – 18 septembre 2017 (Bilan lecture du mois de septembre 2017)

Genre / Thèmes : Graphique, BD / Biographie, féministe


Résumé du tome 1 : Quinze récits mettant en scène le combat de femmes d’origines et d’époques diverses, qui bravèrent les normes sociales de leur temps : Margaret, une actrice hollywoodienne, Agnodice, une gynécologue de l’Antiquité grecque qui se fit passer pour un homme afin d’exercer sa profession, Lozen, une guerrière et chamane apache, etc.

Résumé du tome 2 : Suite et fin de ce diptyque qui propose le portrait de quinze femmes d’origines et d’époques diverses, qui bravèrent les normes sociales de leur temps : Sonita, la rappeuse afghane, Nellie, journaliste d’investigation au XIXe siècle, Cheryl, athlète marathonienne, etc.

 
Chaque histoire possède les mêmes caractéristiques de mise en page : une page titre et sous-titre, un médaillon la/les représentant et ses dates, quelques pages de planches pour résumer sa vie et une double page de fin

Mon avis : 

J’ai souhaité lire ces deux livres car j’aime le travail de la dessinatrice Pénélope Bagieu (son coup de crayon et ses couleurs) et ce titre traite le thème du féminisme. 

J’ai emprunté ce livre à la bibliothèque municipale. Je suis heureuse de voir qu’une bibliothèque puisse proposer ce double titre à tous ces abonnés.

Culottées (Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent) est une duologie dans la bande dessinnée. Pénélope Bagieu a fait le portrait de 30 femmes d’époques, de nationalités, de religions, d’opinions différentes. Le point commun est qu’elles ont marqué l’Histoire/histoire par leurs actes, leurs opinions et leurs vies.

A l’échelle de leur famille, de leur ville, de leur pays ou du monde, elles ont montré qu’une femme  (ou simple quiconque) pouvait aller au-delà de leur rôle de « femmes ou de filles ou selon ce que la société leur impose ».

Certes, le terme « féminisme » est celui qui s’impose d’après le titre et les critiques sur cette duologie. La définition du terme « féminisme » est « Le féminisme est un ensemble de mouvements et d’idées politiquesphilosophiques et sociales, qui partagent un but commun : définir, établir et atteindre l’égalité politique, économique, culturelle, personnelle, sociale et juridique entre les femmes et les hommes. Le féminisme a donc pour objectif d’abolir, dans ces différents domaines, les inégalités homme-femme dont les femmes sont les principales victimes, et ainsi de promouvoir les droits des femmes dans la société civile et dans la vie privée » (d’après Wikipédia)Ce terme peut être « clivant ou réducteur » sur la vie de ces femmes.

C’est aussi et surtout une biographie illustrée ! Pénélope Bagieu résume en quelques planches/bulles la vie ou les faits qui ont marqué le destin de ces femmes. Par ces dessins de styles et de couleurs différentes, on est plongé dans les différents lieu et époque. C’est un coup de coeur pour le travail de recherches et graphiques de Pénélope Bagieu. 

Mes histoires coup de coeur sont : 

  • Margaret Hamilton (tome 1) : actrice
  • Josephina van Gorkrum (tome 1) : amoureuse
  • Annette Kellerman (tome 1) : sirène
  • Delia Akeley (tome 1) : exploratrice
  • Tove Jansson (tome 1) : peintre 
  • Agnodice (tome 1) : gynécologue
  • Christine Jorgensen (tome 1) : célébrité
  • Wu Zetian (tome 1) : impératrice
  • Nellie Bly (tome 2) : journaliste 
  • Katia Krafft (tome 2) : volcanologue
  • Jesselyn Radack (tome 2) : avocate
  • Hedy Laman (tome 2) : actrice, inventrice
  • Frances Glessner Lee (tome 2) : miniaturiste
  • Peggy Guggenheim (tome 2) : amoureuse de l’art moderne
Le point commun que l’on voit dans ces deux volumes que toutes ces femmes n’étaient pas prédestinées à se « révolter » contre leurs conditions. Elles sont parfois allées contre leur destin, leur norme sociale, l’opinion populaire. Elles sont parfois passionnées, indépendantes, imaginatives, amoureuses, a l’écoute des autres et d’elle-même . Cette bande dessinée est très inspirante pour les femmes et les hommes de notre époque. 

 
Je suis heureuse d’avoir pu lire ces deux tomes ensemble mais chaque histoire et tome peuvent être lu indépendamment. Je n’ai pas de tome préféré car chaque histoire des deux tomes est fascinantes. 

Même si ces personnes ne vous disent rien et même si le thème du féminisme ne vous tente pas au premier abord, lisez tout de même cette duologie bande dessinée car vous découvrirez que quiconque peut changer quelque chose à plus ou moins grande échelle (son destin, son quotidien …). 

Je vous conseille cette duologie biographique et féministe ! 

Note sur les deux tomes :

Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies 

 

Chronique, Lecture

LECTURE : « Harry Potter et l’enfant maudit » de JK ROWLING, J. TIFFANY et J. THORNE

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur la pièce de théâtre inspirée de l’univers d’Harry Potter dont la représentation se fait à Londres : Harry Potter et l’enfant maudit.   


J’ai lu cette pièce dans le cadre du challenge des 4 maisons 2017

Mise en page :

 

J’ai la pièce de théâtre en version ebook. 
Un soin a été apporté à l’ouvrage avec l’illustration sur les deux parties et sur les actes. 

Auteurs : J.K. ROWLING, J. TIFFANY, J. THORNE, anglais
Titre : Harry Potter et l’enfant maudit
Nombre de tomes : 1/1
Date de l’édition : 2016
Edition : Gallimard


Format lu : Ebook

Genre / Thèmes : Narratif, théâtre, fantasy, jeunesse

 

Résumé :  « Etre Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.« 
Dates de lecture : 31 juillet – 01 août 2017 (Bilan lecture du mois d’août 2017)
 

Mon avis :

Avant de commencer ce livre, il faut savoir plusieurs choses :

  • c’est une pièce de théâtre donc le format doit être jouer sur scène et non lu ; 
  • c’est une « suite » de la saga roman Harry Potter (1 à 7) donc il faut avoir lu ou vu ces 7 tomes / 8 films.
J’ai hésité longtemps avant de lire ce livre car lors de sa publication, la publicité et les lecteurs ont déclaré que c’était un « 8e tome ». J’ai lu beaucoup de déception de fans ou des avis mitigés. Mais c’était clair que pour moi, ce n’est pas un huitième tome ni une « fanfiction »!J’ai aimé le soin apporté par les éditions Gallimard pour la mise en page de cette pièce : il y a une illustration pour chaque partie et une en-tête pour chaque scène et acte.

On n’a pas de contexte de l’histoire d’où le fait de connaître la saga et on découvre au fur et à mesure la vie des personnages. Cependant, j’ai pu relever quelques incohérences.

On retrouve les enfants que l’on rencontre dans l’épilogue du tome 7 de la saga roman et ce sont eux les héros de cette histoire. Les héros de la saga sont maintenant adultes et on découvre au fur et à mesure ce qu’ils sont devenus. Je fus heureuse de retrouver des personnages secondaires ou morts dans la saga principale. Je n’ai pas aimé l’évolution de Ron, Hermione et Harry car leurs « mauvais » côté adolescents sont exasherbés. Mes personnages préférés sont Scorpius et Malefoy. 

L’intrigue nous offre beaucoup de rebondissements et de magie donc je me demande comment les sorts et les différents lieux sont représentés au théâtre.

Au fur et à mesure de la pièce, les personnages principaux grandissent. L’histoire se complexifie dans l’acte 2. Bien que Poudlard est le lieu principal, les personnages interagissent dans plusieurs lieux différents et il y a des combats de sorciers. L’intrigue nous fait passer plusieurs messages : la popularité, le rapport parents-enfants, la tolérance, si les évènements auraient pu être changés …

La saga Harry Potter est adressée aux enfants mais l’on a pu voir que l’on peut aimer l’histoire d’Harry Potter a tout âge. Cette pièce de théâtre s’adresse à tous car les personnages et l’intrigue sont plus complexes.

Je fus agréablement surprise de ma lecture de cette histoire sous forme de pièce de théâtre. Je pensais que cela allait me gêner mais pas du tout, cela apporte un nouveau support pour la saga et l’univers Harry Potter. Les didascalies et les films m’ont permis d’imaginer les scènes. 

Je recommande cette pièce de théâtre si vous voulez retrouver l’univers d’Harry Potter, l’évolution de l’intrigue et si vous voulez découvrir cette intrigue sans voir la pièce jouée en Angleterre. 

 

Une bonne intrigue sur l’univers Harry Potter

Note :

Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies

 

Chronique, Lecture

LECTURE : « Sixtine » de Caroline VERMALLE

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le livre Sixtine de Caroline VERMALLE.   


J’ai lu ce livre en lecture commune avec La demoiselle aux cerfs.

Nous avons fait une vidéo pour vous présenter le livre et vous donner notre avis : 

Mise en page :

Auteur : Caroline VERMALLE, française
Saga / Titre : Sixtine
Nombre de tomes : 1/1?
Date de l’édition : 2013
Edition : Hachette / Black Moon


Format lu : Livre papier, grand format

Genre / Thèmes : Narratif, roman, thriller, aventure young-adult

 

Résumé :  Egypte, aujourd’hui. Le monde entier s’émerveille et les égyptologues jubilent car Nefertiti vient de livrer un nouveau secret. Simultanément, la grande pyramide de Khéops est le lieu d’une découverte macabre. Une jeune femme de 22 ans est retrouvée, presque morte, dans une chambre dont les scientifiques ignoraient jusqu’à l’existence. A son côté repose la dépouille de son mari. Or, rien ne permet de penser que le tombeau royal a pu être ouvert depuis la pose de la dernière pierre il y a… 4000 ans. Rien, hormis une petite fente à peine assez large pour laisser passer un souffle d’air. Le cadavre de la pyramide est celui de Seth Pryce, un milliardaire américain. Quelques semaines plus tôt, il avait épousé à grands frais une jeune femme de toute beauté. Mais la rescapée de Khéops n’a plus rien en commun avec la créature de rêve dont les tabloïds firent alors leur une : ses cheveux ont viré au gris, ses yeux à un vert inhumain, et son corps ferait pâlir d’envie un squelette. Un tatouage en croix orne le bas de son ventre, dont Jessica Desroches-Pryce ne se rappelle pas l’origine. En fait, Jessica Desroches-Pryce ne se souvient de rien, si ce n’est de son prénom : Sixtine.
Dates de lecture : 27 juillet – 27 août 2017 (Bilan lecture du mois d’août 2017)

Mise en page : Le roman est divisé en 3 grandes parties (I, II, III) dont l’en-tête est illustré d’un scarabée. Chaque partie est composé de plusieurs chapitres dont le nombre varie selon les parties (I:1 …). 
La partie I a la particularité d’avoir des chapitres en italique dont le contenu est énigmatique. 
 

Mon avis : 

Dans ce roman, on commence par le mariage idyllique de Seth et Jessica au Louvre de Paris. On a déjà une référence à l’Egypte ancienne car le futur marié est passionné par cette époque de l’Histoire. Puis, l’intrigue se déroule en Egypte actuelle en pleine révolution civile. On découvre des conservateurs et égyptologues en pleine conférence pour présenter une momie royale, Néfertiti. En même temps, une journaliste de la BBC et un étudiant en architecture découvre une pièce secrète au sein d’une pyramide de Khéops où les corps d’une femme et d’un homme sont découverts.


Je suis très heureuse d’avoir lu ce livre car il traite de l’Egypte ancienne et moderne ! Il y a peu de roman sur ce thème.  


L’un des points forts selon moi et qui m’a particulièrement plu est que l’autrice dépeint une Egypte moderne. On connait l’Egypte ancienne que l’on idéalise et que les touristes recherchent quand ils vont dans ce pays. Cependant la réalité est tout autre et Caroline Vermalle ne met pas de pincettes pour décrire l’Egypte « d’aujourd’hui ». Dans ce roman, l’autrice parle de l’égyptologie (l’étude scientifique et historique des vestiges antiques égyptiens), de la valeur de ces vestiges dans les musées et le marché noir et la place réelle de ces vestiges dans la communauté scientifique et commerciale internationale. Etant sensible et sensibilisée personnellement à ces questions, j’ai été surprise et heureuse qu’une écrivaine traite de façon détaillée et pertinente sur ces questions.L’intrigue ne tourne pas autour de deux ou trois personnages mais bien d’une bonne dizaine. Je recommande alors aux lecteurs de prendre des notes sur les différents protagonistes (nom, profession, intervient avec qui). On découvre au fur et à mesure de la lecture que chaque personnage intéragisse de près ou de loin avec les autres. On suit une jeune mariée, un architecte, une journaliste, un policier, un détective, des conservateurs égyptologues …

Le résumé de la quatrième de couverture peut être trompeur. Certes, on découvre les corps de deux personnes dans une pièce secrète dans une des plus fameuses pyramides du monde mais l’intrigue n’est pas basée uniquement sur cette enquête type « Le mystère de la Chambre jaune » ou « Mort sur le Nil ». On découvre au fur et à mesure que l’enquête est pluridisciplinaire (on y mêle l’égyptologie, les investigations de la police et celles scientifiques) et on a des enquêtes dans une enquête.

Le lecteur par plusieurs aspects peut être perdu : on s’attend retrouver des éléments fantastiques, on a beaucoup de personnages et on a beaucoup d’actions à plusieurs endroits du globe.

Le lecteur peut également être déçu car il y a peu ou pas d’éléments fantastiques car ils sont mystérieux et subtiles.

Certes, le mystère de l’intrigue se passe au Caire en Egypte. Mais pour « résoudre » ce mystère, les personnages vont dans d’autres pays : France, Angleterre, Mexique … Le lecteur voyage et visite des lieux historiques et scientifiques.


Le point négatif est que ce livre n’est pas présenté sur le livre en lui-même qu’il s’agit d’un premier tome. J’ai acheté ce livre pensant que c’était un one-shot ou espérant que j’avais les réponses dans ce tome.

Je vais être claire, l’autrice souhaitait publier un suite car la fin de celui-ci est une fin ouverte sur un nouvel élément. Lors de la lecture, j’ai ressenti que l’intrigue était plus complexe ! Je suis assez « frustrée » de ne pas avoir toutes mes réponses à cette énigme à cause de la non parution de la suite de cette saga. J’attribue la note de 4/5 sur ce livre car je n’ai pas une suite mais c’est un coup de coeur.  S’il était possible de lire la suite en papier ou en ebook ce serait avec plaisir ! 

Je tiens à saluer le travail de l’autrice car elle traite différents personnages, des lieux, des métiers complexes. Les éditions Hachette adressent ce livre à un public jeune/adolescent mais je le conseille également aux adultes ! 

 

Un coup de coeur mais il n’y a pas de suite publiée ! 
 

Note :

 

Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies

 

Chronique, Lecture, Lecture saga

LECTURE : « Les mystères de Larispem 1. Le sang jamais n’oublie » de Lucie PIERRAT-PAJOT

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le premier tome de la saga Les mystères de Larispem de Lucie PIERRAT-PAJOT. 

Mise en page :

Auteur : Lucie PIERRAT-PAJOT,  française
Saga : CielLes mystères de Larispem
Titre : 1. Le sang jamais n’oublie
Nombre de tomes parus : 1/2?
Edition : Gallimard Jeunesse
Dates de l’édition : 2016
Nombre de pages : 257 pages
Prix : 16 €

Genre / Thèmes : Narratif, roman, science-fiction, jeunesse, uchronie, steampunk

 

Résumé :  Larispem 1899 – Dans cette Cité-Etat indépendante où les bouchers constituent la caste forte d’un régime populiste, trois destins se croisent…? Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l’apprentie louchébem et Nathanaël, l’orphelin au passé mystérieux. Tandis que de grandes festivités se préparent pour célébrer le nouveau siècle, l’ombre d’une société secrète vient planer sur la ville. 
Et si les Frères de Sang revenaient pour mettre leur terrible vengeance à exécution ?
Dates de lecture : 08 – 20 juillet 2017 (Bilan du mois de juillet 2017)

Couverture et illustrations : 

Les dimensions : 22 cm de haut et 15,5 cm de large. 

Les couvertures sont illustrés en noir et blanc et il y a des incrustations vertes et dorées. 

Ce livre a des illustrations en noir et blanc sur une page entière à chaque chapitre. Les illustrations sont de Donatien Mary. 

A début de chaque chapitre, il y a une citation créée par l’autrice sur le contexte du chapitre

Mon avis : 

Ce livre est paru grâce au concours « Roman jeunesse » de Gallimard Jeunesse. C’est le deuxième gagnant de ce concours. 

J’adore l’objet-livre : les couvertures, les illustrations des chapitres et la mise en page.

C’est un plaisir de lecture !

On est dans un roman science-fiction mêlant les thématiques historiques, uchronique et steampunk.

Je n’ai jamais lu de livre sur le steampunk ni une uchronie.

Ce roman classé jeunesse permet de s’initier à l’univers steampunk et de l’uchronie.J’ai eu peur dès le premier chapitre car on est directement plongé dans l’intrigue sans réel mis en contexte.

Cependant, j’ai eu mes réponses par la suite.

Très souvent, ce livre est présenté et mis en avant avec son contexte historique et son langage particulier. Dans ces premières pages, je n’ai pas retrouvé cette mise en contexte donc j’étais un peu perdu mais je vous conseille d’être patient.

Pour connaître le contexte historique, attendez la page 28 et pour vous initier au langage des bouchers (les louchébems), attendez la page 40. 


Avant de commencer ce roman, je pense qu’il faut avoir des notions historiques sur la France. 

Toutefois, l’autrice précise sa source sur le contexte historique à la fin du livre.

Par la « complexité » du contexte et de l’univers, ce livre peut être lu à partir de l’adolescence quand l’élève apprend le contexte de la Commune.

Même si c’est tentant, ne cherchez pas à comparer l’histoire de l’autrice avec l’Histoire. 

J’ai également beaucoup aimé les clins d’oeil à notre société : le Parisien, Paris et Lyon, la Tour Eiffel, l’Oeuvre de Jules Verne …

Ce sont des petits éléments de culture générale française. Mais est-ce que ce n’est pas trop franco-français ? 

On suit trois personnages : Carmine, Liberté et Nathanaël. Ce sont des adolescents avec des caractères différents, des métiers et des objectifs différents.

C’est vrai, on ne tombe dans le cliché physique des protagonistes.

On est plongé dans le quotidien des personnages à Larispem. L’autrice nous présente le contexte de son histoire à travers la vie des personnages : les métiers, la technologie, la monnaie, le gouvernement, le contexte de historique de la France. On a une intrigue historique en fil rouge.

Ce livre a beaucoup d’originalités pour un roman « jeunesse ». 

Je considère que ce livre peut être lu par des adolescents et des adultes.

La fin de ce tome nous incite à connaître la suite très vite ! Hâte de lire la suite !

 
Je le conseille à tout âge pour s’initier au steampunk et à l’uchronie !

 

Note :

 

Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies

 

Chronique, Lecture

LECTURE : « Les Doldrums 1 » de Nicholas GANNON

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le premier tome d’une nouvelle saga jeunesse : Les Doldrums de Nicholas GANNON. 

 

Mise en page :

Couverture et illustrations : 

Je suis admirative du travail éditorial sur ce livre : illustrations en couleurs et en noir/blanc, en-tête de parties et en-tête de chapitres, papier épais, etc. 
Fiche d’identité : 
Auteur : Nicholas GANNON, américain
Saga/Titre : Les Doldrums
Nombre de tomes : 1/3?
Nombre de pages : 355 p. 
Date de l’édition : 2017
Edition : PKJ


Format lu : Livre, grand format, illustré

Genre / Thèmes : Narratif, roman, jeunesse

Résumé :  « Les grands-parents d’Archer Hemsley, 11 ans, ne sont jamais rentrés de leur mission sur un glacier, il y a deux ans. Le garçon n’a qu’une idée en tête : partir à l’aventure pour les retrouver. 
Mais comment faire pour quitter la ville alors que sa mère le laisse à peine quitter leur maison ? Heureusement, Archer peut compter sur un duo d’amis de choc : le tête-en-l’air Oliver Gulb et Adelaïde Belmont, ancien petit rat de l’opéra de Paris à la jambe de bois.Ils mettent au point un plan infaillible : lors d’une sortie scolaire au muséum d’histoire naturelle, ils s’enfuiront, et en avant pour l’Antarctique ! Mais rien ne se passe comme prévu : entre leur terrible prof Mrs Murkley et l’attaque d’un ours polaire empaillé, le départ vers le glacier semble compromis…« 
Dates de lecture : 17 – 25 août 2017 (Bilan lecture du mois d’août 2017)

Mon avis : 

J’ai eu un coup de coeur pour l’objet-livre ! 

Je n’ai jamais entendu parler de ce livre donc je suis heureuse de pouvoir vous le faire découvrir. 

C’est un livre jeunesse dont on a peu de notion de temporalité et géographique. Ce point me fait penser à la saga Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire de Lemony Snicket.

On suit principalement le personnage d’Archer. On le découvre jusqu’à ses 11 ans dans la maison particulière de ses grands-parents explorateurs. Archer évolue dans ce premier tome : il découvre son âme d’aventurier.

Le livre est divisé en plusieurs parties et des chapitres. Les chapitres sont subdivisés en plusieurs sous-parties. On a des petites histoires en un chapitre.

On suit une intrigue principale mais on a 1001 petites histoires. Ce livre est le premier tome d’une saga cependant ce tome nous offre une fin.

En lisant ce livre, je suis retournée en enfance : Archer et ses amis vivent plusieurs aventures en une journée.

Il n’y a pas d’éléments fantastiques ni magiques mais l’auteur nous transporte dans son univers entre deux temps.

J’aurais adoré lire ça quand j’étais jeune lecteur. 

Je recommande cette lecture à des enfants entre 8 et 12 ans.

Je suis navrée de n’accorder que 3 étoiles sur 5 car je ne suis pas le public cible.

En revanche, c’est un coup de coeur pour la mise en page et les illustrations.

Une très bonne découverte ! 

Note :


Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies
Chronique, Lecture

LECTURE : « La belle et la bête » de Madame de VILLENEUVE

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur l’une des versions du conte original de La Belle et la Bête par Madame de VILLENEUVE.

 
Je vous avez donné mon avis précédemment sur la version de Madame Leprince de Beaumont
J’adore ce conte donc je vous recommande de lire ces deux versions. Elles sont pour moi complémentaires ! 

Fiche d’identité :

Auteur : Madame Gabrielle-Suzanne de VILLENEUVE (1695-1755), française
Titre : La Belle et la Bête
Nombre de tomes : 1/1
Date de la première publication : 1740
Date de l’édition : 2010
Edition : Folio
Nombre de pages : 135 pages


Format lu : Livre, poche 

Genre / Thèmes : Narratif, conte, classique

 

Résumé :   » Le monstre se fit entendre. Un bruit effroyable, causé par le poids énorme de son corps, par le cliquetis terrible de ses écailles et par des hurlements affreux, annonça son arrivée. En voyant approcher la Bête, qu’elle ne put envisager sans frémir en elle-même, la Belle avança d’un pas ferme, et d’un air modeste salua fort respectueusement la Bête. Cette démarche plut au monstre et, se retournant vers la Belle, il lui dit : « Bonsoir, la Belle ».
Dates de lecture : 24 – 28 mars 2017 (Bilan lecture du mois de mars 2017)
 

Mon avis :

C’est une version du conte de La Belle et la Bête. Cette version est considérée comme la première.  C’est un conte de plus d’une centaine pages. Le style de ce conte est classique car les phrases et l’univers sont travaillés. 

Ce conte est divisé en deux parties différentes. La première partie est le conte que l’on « connait » et la deuxième partie concerne sur le dénouement du conte. Ce dénouement est long car il exploite des problématiques sur les origines de la Belle et la transformation du prince en Bête.

Contrairement à la version de Madame Leprince de Beaumont, ce conte n’est pas conseillé pour un public adulte. 

Les personnages sont moins niais et leur rapports entre les deux personnages sont plus travaillés et complexes.

L’histoire de ce conte se révèle plus complexe car elle a suscité un mélange de réactions : la pitié pour Belle qui doit se sacrifier pour son père, le côté égoïste de la famille de Belle,  le caractère ambigu de la Bête face à la Belle, la fin polémique sur les origines de la Belle, etc.

J’ai adoré me plonger dans l’univers de La Belle et la Bête, mais ce fut une relecture. 

Cette version est l’inspiration directe de la réécriture de Robin McKinley

Elle a également beaucoup inspiré la version cinématographique de Jean Cocteau.  

Je le conseille pour découvrir l’histoire complexe du conte original. Elle ne plaira pas à tous !

Attention, ce n’est pas la version de Disney !

 

Un conte classique ! 

 

Note :

 
Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies
Chronique, Lecture

LECTURE : « 13 à table (2017) »

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le troisième tome/recueil de nouvelles : 13 à table ! sorti en l’honneur des Restos du Coeur en 2016. 

 

Je vous en avais déjà parlé avec mon avis sur le premier tome sur la thématique du repas et le deuxième tome sur les liens familiaux. 
J’avais acheté les tomes 1 et 2 en même temps et j’ai voulu continuer en 2016 en achetant le tome 3.
L’achat de ce tome-ci permet d’offrir 4 repas pour Les Restos du Coeur. 

Mon avis :

Auteurs : F. Bourdin, M. Chattam, Fr. d’Epenoux, C. Férey, K. Giebel, A. Lapierre, A. Ledig, M. Levy, A. Martin-Lugand, B. Minier, R. Puertolas, Y. Queffélec, F. Thilliez
Titre : 13 à table ! 2017
Date de l’édition : 2016
Edition : Pocket 
 
C’est un recueil de nouvelles. Ces nouvelles sont écrites par un collectif d’auteurs contemporains : F. Bourdin, M. Chattam, Fr. d’Epenoux, C. Férey, K. Giebel, A. Lapierre, A. Ledig, M. Levy, A. Martin-Lugand, B. Minier, R. Puertolas, Y. Queffélec, F. Thilliez

Ces nouvelles sont inédites. Le thème commun défini est l’anniversaire. 


Dates de lecture : 10 août – 22 août 2016 (Bilan lecture du mois d’août 2016)Genre / Thèmes : Narratif, nouvelle / Contemporain


Résumé : Les plus grands auteurs de la littérature contemporaine ont pris leur plus belle plume pour la troisième année consécutive afin de vous concocter un délicieux recueil de nouvelles autour d’un thème : l’anniversaire. Le joyeux, le sinistre, le raté, celui qui finit dans les larmes ou le sang, l’apothéose de la fête et les éclats de rire, tout y est, comme dans la vie. Treize bougies à souffler sans modération. 

 
Chaque nouvelle est indépendante des unes des autres. Une nouvelle fait entre 15 pages à 45 pages. 
La plus longue nouvelle est celle de B. Minier : « L’échange ». 

Mon avis :

L’achat de ce livre est au profit des Restos du Coeur. On a exceptionnellement 13 nouvelles par 13 auteurs (par rapport à 13 annoncé en couverture). 

Cette année, j’ai lu ce « troisième » tome suite à la lecture des deux précédents. J’apprécie découvrir les différentes plumes francophones de ces trois tomes. Je suis heureuse de renouveler une troisième fois cette expérience et cela confirme .

Encore une fois, le genre nouvelle est un genre que je lis très peu. Au lycée, j’ai étudié ce genre à travers des histoires fantastiques et contemporaines. J’étais restée sur le fait qu’une nouvelle contemporaine a plusieurs défauts : pas de fin, des descriptions qui ne servent pas le récit. Je trouve qu’écrire une nouvelle est un exercice difficile donc j’apprécie encore plus quand l’histoire me plaît. Mais l’achat de ces recueils m’a permis de renouer avec ce genre.

On retrouve des auteurs dans ce tome 3 et on en découvre d’autres. Je fus surprise car le thème de l’anniversaire n’est pas uniquement la célébration d’un âge : c’est abordé dans des contextes familiaux, de romance et de thriller.

Chaque nouvelle fut une bonne lecture et j’ai eu quelques coups de coeur.

Mes nouvelles coup de coeur sont : 

  • F. d’Epenoux, « Cent ans et toutes ses dents » : j’ai adoré les rapports familiaux !
  • M. Levy, « Accords nus » : un anniversaire amoureux et une belle histoire !
  • A. Martin-Lugand, « Merci la maîtresse » : un anniversaire à l’école qui peut faire tout basculer. 

Celles que j’ai bien aimé : 

  • F. Bourdin, « Un joyeux non-anniversaire » : un anniversaire familial
  • M. Chattam, »Le Chemin du diable » : un anniversaire glauque et une intrigue thriller fantastique caractéristique de cet auteur 
  • C. Férey, » »Le voilà, ton cadeau » » : un peu hors-sujet et un intrigue avec une grosse dose d’humour noir
  • K. Giebel, « J’ai appris le silence » : une intrigue thriller et dramatique digne des Dix Petits Nègres d’Agatha Christie.
  • A. Ledig, « Le soleil devrait être au rendez-vous dimanche » : sympa sur le rapport père-fils
  • A. Lapierre, « Tu mens, ma fille ! » : rapports familiaux et anniversaire d’une mère
  • F. Thilliez, « Lasthénie » : un peu hors-sujet sur le thème anniversaire mais un bon thriller. 
Celles que je n’ai pas aimé : 
    • B. Minier, « L’échange » : je n’ai rien compris car je n’ai pas aimé le style
    • R. Puértolas, « Les 40 ans d’un fakir » : on retrouve la plume loufoque de l’auteur et le mélange des personnages
    • Y. Queffélec, « Fuschia » : très vulgaire.
Résultat : il y a plus de nouvelles que j’ai aimé et beaucoup de coup de coeur !
 
Le thème commun est l’anniversaire. Le thème est très souvent respecté.
Je vous conseille de nouveau ce type de recueil de nouvelles 

Note :

Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies