Chronique, Lecture

LECTURE : « Le monde merveilleux du caca » de Terry PRATCHETT

Bonjour les passionnés de lecture,
 
Comme tous lecteurs, j’ai des coups de coeur et des déceptions.
Je souhaite également vous parler de mes déceptions pour vous expliquer pourquoi et peut-être que pour vous ce ne sera pas le cas. Je vais vous faire part d’une DÉCEPTION de novembre 2015 !
Auteur : Terry Pratchett (1948-2015) (Angleterre)
Titre : Le monde merveilleux du caca
Date de publication : 2013
Edition / Collection : Editions L’Atalante
Nombre de pages : 122 pages

Terry Pratchett est un auteur incontournable en fantasy grâce à son énorme série dans l’univers du Disque-monde.  J’ai découvert cet univers de fantasy humoristique grâce à des amis fans des livres de l’auteur et ce genre littéraire. Je n’avais jamais lu de livre de ce genre et aucun livre de Terry Pratchett.

J’ai vu ce livre en librairie mais le prix fait peur (15€). Je l’ai trouvé dans une boutique d’occasion à 5€ (Haul du mois d’octobre 2015). Cet achat était pour moi l’occasion de lire un livre de ce genre et de l’auteur. Je vous avais donné un avis bref dans mon bilan du mois de novembre 2015.

Mise en page du livre : 
La couverture est cartonné avec le nom de l’auteur en doré. Il faut faire attention car le livre risque de mal vieillir. 
Les dimensions : 20,5 cm de haut et 16 cm de large. 
A chaque chapitre, il y a un nouveau bocal. Il y a une illustration à chaque double page. Les dessins sont en noir et blanc. Les pages sont épaisses et ont un aspect vieux livre. 
Genre / Thèmes : Narratif, roman, conte / jeunesse, fantasy, light-fantasy
Résumé : Enfin traduite en français, découvrez Mlle Félicité Bidel, l’auteur favori de Sam Vimaire junior, le fils du commissaire du Guet d’Ankh-Morpork. Avec Le très gros problème de Gaston, La guerre contre les gobelins morveux, Les hommes Pipi et autres succès de librairie, elle est la coqueluche des enfants du Disque-monde. Geoffroy rend visite à sa grand-mère à Ankh-Morpork. Alors qu’il passe sous les pommiers ancestraux du jardin, il sent quelque chose lui tomber sur la tête. Ce sera le début d’une quête déterminée et d’une collection d’un genre unique.
Dates de lecture : 6 novembre – 9 novembre 2015 (Bilan lecture du mois de novembre 2015)
Mon avis : Bel objet livre mais l’histoire est une grosse déception ! 
C’est un livre jeunesse. Il peut se lire indépendant du cycle fantasy du Disque-monde. Il semble que c’est un livre de conte mentionné dans la saga de Terry Pratchett. C’est donc un livre bonus pour les fans de la série de Terry Pratchett. 
À la lecture, on est dans un point de vue omniscient sous le ton du conte. Il y a quelques dialogues. On suit le personnage principal : Geoffroy et sa nouvelle passion. Les illustrations correspondent au contenu de la double page. Elles apportent un vrai plus dans le livres : elles permettent de mettre une image à l’univers car on n’a pas d’introduction à l’univers du livre. C’est une lecture rapide. 
L’histoire du livre est résumé dans le titre, d’où ma déception ! Le thème du caca n’est pas glamour à la base mais il n’est pas abordé de façon humoristique dans cette histoire. Tout tourne autour de ce thème ! Je me suis ennuyée. Dans ce livre, je suis complètement passée à côté de l’histoire et de l’univers de Pratchett malgré ma volonté de lire ce livre avec un second degré. Cependant avec ce livre, je ne vais pas faire une généralité pour les autres ouvrages de T. Pratchett. Si j’ai l’occasion, je lirai un autre livre de l’auteur pour savoir si j’aime le genre fantasy-humoristique. 
Ce que j’aime : l’objet-livre, les illustrations et le personnage du petit chien. 
Ce que je n’ai pas du tout aimé : le prix ne justifie pas l’objet-livre ni le contenu du livre, le ton est très jeunesse et surtout l’histoire qui n’a ni queue ni tête.

Enorme déception ! Ce livre n’apporte rien ! 

Je le conseille aux fans de Terry Pratchett et aux collectionneurs de livres. Mais je le déconseille en première lecture de ce genre et de cet auteur.  

Note : J’ai détesté ! 

 

Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
Mon avis date de 2015 et il a été rédigé dans un premier temps sur Blogger Athéna’s hobbies en 2016. Il n’a pas changé en 2017 !
Chronique, Lecture, Lecture saga

LECTURE : « Le pays des contes 1. Le sortilège perdu » de Chris Colfer

Bonjour les passionnés de lecture,
Je vous présente mon avis sur le premier tome de la saga Le pays des contes de Chris COLFER. 
J’ai découvert cette saga grâce à Booktube. Je connaissais l’auteur dans son rôle de Kurt dans la série Glee.

Mise en page :  
Auteur : Chris COLFER (USA)
Saga : Les pays des contes
Titre : 1. Le sortilège perdu
Date de publication : 2012
Edition / Collection : Michel Laffon
Nombre de pages : 414 pages
Dates de lecture : 17 octobre – 4 novembre 2015 (Bilan lecture de novembre 2015)
 
Genre / Thèmes : Narratif, roman / Jeunesse, fantasy, réécritures de contes
 
Résumé de ce premier tome : Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner… Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout.Et pour cause !Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité. Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu’ils ont lues. Boucle d’Or est une criminelle recherchée, Blanche Neige dissimule un lourd secret, et le Petit Chaperon Rouge n’a même plus peur du loup. Pour rentrer chez eux, Alex et Conner n’ont qu’un seul moyen : rassembler huit objets magiques comme la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en tentant d’éviter les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique qui pourrait bien piéger les jumeaux dans cette étrange contrée. À tout jamais.
Mon avis :  

J’aime beaucoup cette édition ! Dans le livre, il y a une carte dans les rabats, des petites illustrations à chaque début de chapitre, les couvertures sont très jolies et le format du livre est original.

Fin 2015, j’ai découvert les réécritures de contes grâce à Booktube et la blogosphère. Je voulais lire un livre sur ce thème. L’objet-livre et le résumé m’ont beaucoup plu !

C’est un roman jeunesse car les personnages principaux sont des enfants de 12 ans. Mais pour moi, ce n’est pas un « défaut » car je trouve que l’on découvre avec plaisir les contes de notre enfance à travers les yeux d’Alex et Conner.

J’ai beaucoup aimé découvrir les contes de mon enfance après le « Ils vécurent heureux ». Cela nous offre une suite aux contes de Perrault, des frères Grimm et d’Andersen.

Les personnages de contes vivent dans un même pays mais dans différents royaumes.

On peut parler de réécritures de contes car Chris Colfer donne des défauts à certains personnages ou dévoile d’autres aspects de la vie des personnages. Ainsi on a le plaisir de lire pour découvrir les personnages, leurs caractères et leurs histoires.

À la fin de ma lecture, je voulais relire tous les contes originaux : les découvrir ou les redécouvrir.

La fin de ce tome ouvre subtilement sur le deuxième tome mais vous pouvez vous arrêter à celui-là.

Suite à cette lecture, j’ai eu envie de découvrir d’autres livres sur le thème des réécritures de contes. C’est d’ailleurs devenu un de mes thèmes préférés dans les livres, les films ou les séries TV. 

Note sur ce tome :

Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode

Mon avis date de 2015 et il a été rédigé dans un premier temps sur Blogger Athéna’s hobbies en 2016. Il n’a pas changé en 2017 !
Chronique, Lecture

LECTURE : « Le roman de la momie » de Théophile GAUTIER (abrégé)

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le roman Le roman de la momie de Théophile GAUTIER

Je vous avais déjà parlé de ce roman dans le Bilan Lecture d’octobre 2015.
Auteur : Théophile GAUTIER
Titre : Le roman de la momie
Date de l’édition : 1997
Edition : L’Ecole des loisirs / Classiques abrégés
Nombre de pages : 123 p. 

Dates de lecture : 18 octobre – 20 octobre 2015 (Bilan lecture du mois d’octobre 2015)Genre / Thèmes : Narratif, roman, jeunesse, historique, fantastique, classique, abrégé


Résumé : Un lord anglais découvre la momie d’une jeune fille et en tombe amoureux. Un papyrus placé dans la tombe conte l’histoire de la mystérieuse endormie. À Thèbes, en Égypte, au temps de Moïse, Tahoser, jeune et séduisante Égyptienne, brûle d’amour pour Poëri, un bel inconnu. Mais Poëri appartient au peuple esclave des Hébreux et aime Ra’hel. Tahoser en a le cour brisé.

Mon avis :  

Théophile Gautier est un auteur classique français que j’ai découvert grâce à ces nouvelles fantastiques.

Le roman de la momie est un livre d’occasion que j’avais depuis plusieurs années dans ma bibliothèque.

Dans cette édition, le roman est en version abrégée et il y a quelques illustrations.

Après une période où je ne voulais plus lire un livre d’histoire ni un roman historique, je me suis surprise de vouloir lire ce livre précisément.

Cette lecture m’a redonné envie de lire des romans historiques ! 

Bien que ce soit une version abrégée, je n’ai pas ressenti les coupures dans le texte original.

Ce roman est divisée en deux partie distinctes : la première est la découverte de la momie par les explorateurs-archéologues et la seconde est le récit de la momie.

J’ai beaucoup aimé la partie sur la fouille archéologique du XIXe siècle. Ce qui est sans doute la partie que la plupart des lecteurs n’aimeront pas.

La partie sur le récit de la momie se déroule à l’époque des hébreux et non dans l’Egypte fastueuse !

C’est un roman considéré comme un classique dans la littérature jeunesse. Cependant, je ne le conseillerai pas à un public « trop jeune » à cause du vocabulaire historique et des termes techniques comme le vocabulaire architectural. De plus, ce thème ne peut ne pas plaire.

Je suis contente de l’avoir lu ! J’aime le thème, j’aime le style de l’auteur. Ce livre m’a redonné envie de lire des livres historiques.

Ce fut une bonne lecture malgré la version abrégée ! 

Je le conseille aux amoureux de l’Egypte et de l’Histoire ! 

Note : 
Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
Mon avis date de 2015 et il a été rédigé dans un premier temps sur Blogger Athéna’s hobbies. Il n’a pas changé !
Chronique, Lecture saga

LECTURE : « Joséphine » de Pénélope BAGIEU (3 vol.)

Bonjour les passionnés de lecture,
Je vous présente mon avis sur les trois volumes de la saga Joséphine de Pénélope BAGIEU. 
  
J’ai découvert cette bande dessinée grâce au film sorti en 2012.

C’est le film qui m’a donné envie de lire cette bande dessinée : 
 
Ce premier film est très drôle. Il reprend les caractéristiques de la bande dessinée cependant l’histoire est inédite ! Je n’ai pas encore vu le deuxième film sorti en 2016. 
Mise en page des tomes de la saga : 
 

Le format des Editions Jean-Claude Gawsewitch est un grand album et la couverture est cartonnée (format traditionnel des bandes-dessinées). Le livre de poche a publié ces trois volumes en semi-poche et les couvertures sont flexibles. J’ai les formats Le livre de poche. Les dimensions sont : 20,5 cm de haut et 16 cm de large. 

Une histoire correspond à une planche/page. 

Auteur : Pénelope Bagieu est une illustratrice et dessinatrice française. Elle illustre des évènements de la vie quotidienne sur son blog Ma vie est tout à fait fascinante, qui l’a rendu célèbre. Elle publie principalement des bandes dessinées (comme Joséphine et California Dreamin’) et elle a illustré des livres de voyages. 


Saga :

Joséphine
1. Joséphine
2. Même pas mal
3. Change de camp

Editions de publication : Editions Jean-Claude Gawsewitch ou Le livre de poche

Genre / Thèmes : Graphique, BD, humour, contemporain

Date de lecture : 18 octobre 2015 (Bilan lecture d’octobre 2015)

Résumé de la saga : Joséphine a « la trentaine », comme elle dit pudiquement. Elle n’est pas mariée, n’a pas d’enfant, mais elle a un chat. Elle est blonde et menue, mais s’épaissit sensiblement au niveau des hanches. Elle travaille dans un bureau, avec plein de gens qui ne connaissent pas son nom, et un macho abject dont elle ne parvient pas à clouer le bec. Elle a aussi une soeur qui est mariée, et a des enfants blonds, souriants et polis plein sa grande maison. Elle a des parents qui n’habitent pas la même ville mais qui réussissent à l’envahir et à la culpabiliser par téléphone. Elle a des copines mais aucune n’arrive à la cheville de Rose, sa meilleure amie, solidaire de ses misères quotidiennes. Elle est terriblement fleur bleue et ne désespère pas de rencontrer l’homme idéal, ce à quoi elle s’emploie activement (bars, salles de gym, clubs d’oenologie, Meetic…). En attendant, elle pleure devant les films à l’eau de rose. Joséphine a des tas de malheurs dont elle est bien souvent à l’origine : elle est maladroite, ne gère pas très bien ses relations professionnelles, peine à se faire entendre, fait des gaffes assez embarrassantes, et enchaîne les faux-pas dans sa vie amoureuse. Elle est en quelque sorte l’artisan de son propre malheur, mais veille à ne surtout jamais tirer de leçons de ce qui lui tombe dessus.

Mon avis sur la saga :  
J’aime beaucoup le dessin de Pénelope Bagieu : le coup de crayon et les couleurs utilisées. 
Pénelope Bagieu nous raconte les anecdotes de Joséphine dans sa vie de trentenaire célibataire : ses amours, ses amis, sa famille « parfaite » et son travail. 
 
L’originalité de cette bd est que l’héroïne n’est pas une femme parfaite : Joséphine est très drôle (malgré elle), elle n’a pas un physique de mannequin et elle a des défauts mais elle est très attachante !  C’est une Bridget Jones à la française !
 
C’est une bd girly et très humoristique. Je passe toujours un très bon moment de lecture en les relisant!
 
Chaque planche a un titre a un titre et se termine à la fin de la page. Le nombre de bulles varie : 1 à 10 dessins par page. Les bulles sont découpées sous forme de vignette. 
 
Chaque tome est à 5,60€ dans les éditions Le livre de poche. Si vous vous voulez découvrir cette bd, c’est un petit prix pour passer un bon moment de lecture ! 
 
Je vous conseille cette BD ! 
Note sur la saga : 
 
Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
Mon avis date de 2015 et il a été rédigé dans un premier temps sur Blogger Athéna’s hobbies. Il n’a pas changé !
Chronique, Lecture

LECTURE : « Nos étoiles contraires » de John GREEN

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur Nos étoiles contraires de John GREEN. 

Auteur : John GREEN
Titre : Nos étoiles contraires
Date de l’édition : 2013
Edition : Nathan
Nombre de pages : 327 pages
 
Auteur : John Green est un écrivain américain. Il écrit principalement des romances young-adult. Il a également réalisé des vlogs sur Youtube avec son frère.

Dates de lecture : 27 septembre – 15 octobre 2015 (Bilan lecture du mois d’octobre 2015)

Genre / Thèmes : Narratif, roman / Jeunesse, romance, cancer  

Résumé : Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.
Mise en page : 

Les couvertures sont de Nathan et France Loisirs. J’ai acheté le format paperback de Nathan mais Nathan a sorti une édition hard-back à Noël 2015. 

Les dimensions du livre : 21 cm de haut et 14 cm de large. Il n’est sorti qu’en grand format. 
La typographie est originale, en particulier le premier mot de chaque chapitre.  
Mon avis : 

Je voulais lire ce livre grâce à (ou à cause) l’engouement littéraire et à la sortie du film. Tout le monde en parlait, c’était difficile de ne pas entendre parler du livre ou du film.

L’avis de tous était unanime : c’était un coup de coeur pour le livre et l’adaptation cinématographique.

J’avais donc une grande attente sur le livre.

C’est un livre classé en jeunesse car l’héroïne est une fille de 16 ans. Cependant, le contenu du livre n’a rien à voir avec la littérature « dite jeunesse » car le discours du livre est très mature à cause du sujet abordé. Nous sommes sous le point de vue d’Hazel.

Comme nous sommes sous le point de vue d’Hazel, le ton est sarcastique et celui d’un adolescent (du genre « j’ai tout vu, j’ai tout vécu »). Malgré le sujet grave, l’auteur n’a pas voulu tomber dans le pathos chez ses personnages.

Le premier sujet du livre est le cancer chez les enfants : comment l’enfant le vit ainsi que ses proches. Cependant ce thème est contrebalancé par la romance progressive d’Hazel et Augustus. Même si les héros sont atteints d’un cancer, ils « s’accordent » cette part de bonheur. C’est d’ailleurs, cela que le lecteur doit retenir !

D’ailleurs, John Green inscrit ces personnages dans un quotidien d’adolescents « normaux » avec leurs passions (la lecture, les jeux vidéos), leurs sorties, leurs études et ils vivent chez leurs parents (et non pas à l’hôpital).

Ce que j’ai beaucoup aimé est la place accordée aux parents. On s’attache à ces personnages courageux car ils affrontent la maladie au même titre que leurs enfants mais ils essayent aussi de donner à leurs enfants une vie « normale ».

Malgré le sujet grave et la fin indubitablement triste, j’ai adoré ce livre pour tous les thèmes abordés, les moments d’espoir et les larmes que j’ai versé à la fin de ce livre. 

Un des éléments qui a participé à ce COUP DE COEUR est la passion d’Hazel pour un livre. Je ne veux pas en dévoiler d’avantage car je veux vous laisser découvrir comment ce livre a une place centrale dans l’histoire. 

Je le recommande à tous ceux qui veulent le lire ! Je peux comprendre pour les autres que le sujet du cancer peut être sensible.

Je vous conseille de lire le livre avant de regarder le film.

Note : 

Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelio, Booknode

Mon avis date de 2015 et l’article a été rédigé dans un premier temps sur Blogger Athéna’s hobbies en 2016. Mon avis en 2017 n’a pas changé !
Chronique, Lecture

LECTURE : « Robert des noms propres » d’Amélie NOTHOMB

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le roman Robert des noms propres d’Amélie NOTHOMB

Je vous avais déjà parlé de ce roman dans le Bilan Lecture d’août et septembre 2015.
Auteur : Fabienne Claire NOTHOMB
alias Amélie NOTHOMB 
Titre : Robert des noms propres
Date de l’édition : 2002
Edition : Le Livre de poche
Nombre de pages : 189 p. 
 
Dates de lecture : 16 septembre – 22 septembre 2015 (Bilan lecture du mois d’août et septembre 2015)

Genre / Thèmes : Narratif, roman / Contemporain  


Résumé : Pour un écrivain, il n’est pas de plus grande tentation que d’écrire la biographie de son assassin. Robert des noms propres : un titre de dictionnaire pour évoquer tous les noms qu’aura dits ma meurtrière avant de prononcer ma sentence. C’est la vie de celle qui me donne la mort.

Mon avis : 

J’ai commencé à lire les livres de l’auteure Amélie Nothomb depuis plusieurs années. Le style de l’auteure fait très souvent débat car soit on aime soit on déteste. Heureusement, je fais partie des personnes qui aiment ses romans. L’oeuvre d’Amélie Nothomb peut se classer en deux catégories : les romans de fiction et des romans faisant/s’inspirant d’évènements de la vie de l’auteure. Depuis quelques années, je fais la collection des livres édités en format poche et je les achète en occasion.

Robert des noms propres fait partie des romans que je n’ai pas encore lu. Ce roman est une fiction et il ne fait pas référence à une période de la vie d’Amélie Nothomb.

C’est un petit livre : il se lit rapidement car il n’y a de chapitre réellement marqué.

Le résumé ne présente pas l’histoire de ce roman. L’histoire est celle d’une petite fille née dans des circonstances horribles mais elle sera élevée dans l’amour inconditionnel. Elle se découvrira une passion pour la danse classique.

Ce livre traite des petits rats de l’opéra, de l’anorexie et du travail pour devenir danseuse étoile.

Je dirai qu’il y a trois histoires dans un seul roman.

En lisant, vous découvrirez pourquoi ce livre se nomme « Robert des noms propres ».

C’est une histoire qui m’a bouleversé sur tous les thèmes traités.

Ce fut un coup de coeur ! 

Selon moi, c’est l’un des meilleurs que je peux conseiller pour tous ceux qui souhaite commencer à lire un roman d’Amélie Nothomb. 

Je le relirai ! 

Note : 
Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
Mon avis date de 2015 et l’article a été rédigé dans un premier temps sur Blogger Athéna’s hobbies en 2016. Mon avis en 2017 n’a pas changé !
Chronique, Lecture

LECTURE : « La magie du rangement » de Marie KONDO

Bonjour les passionnés de livres, 
 

Je vous donne mon avis sur la lecture du manuel pratique de M. Kondo, La magie du rangement. 

Je vous avais donné un avis rapide dans mon bilan lecture d’août et septembre 2015.

Auteur : Marie KONDO 
Titre : La magie du rangement : 
la vie commence après avoir fait le tri
Date : 2011
Collection / Edition : First Edition 
Genre : Manuel, Pratique, Développement personnel, lifestyle
 
Résumé rapide :  Ce livre parle de la méthode de rangement inventée par l’auteure : KonMari
Couverture et mise en page : La couverture est sobre et classe avec son fond blanc. On ressent déjà le sujet du livre avec ses étagères vides. Le contenu se présente sous forme de chapitres dont un chapitre correspond à un thème. Un paragraphe correspond à une question généralement. La mise en page est claire. Il est sorti en 2016 en format poche chez Pocket mais je trouve que la mise en page est mieux agréable pour ce livre de développement personnel. 
Genre / Thèmes : Argumentatif, essai / Développement personnel, organisation de la maison
Dates de lecture : 15 août – 19 septembre 2015 (Bilan lecture d’août et de septembre 2015)
Mon avis : 

J’ai découvert ce manuel grâce à une émission de Capital sur le thème du rangement.

Marie Kondo est une blogueuse japonaise et une conseillère spécialisée dans l’art du rangement. Son livre a été plébiscité par ses clients et le succès a été au rendez-vous car en 2015, le livre a été vendu a plus de 2 millions d’exemplaires.

Marie Kondo nous retrace son raisonnement pour créer sa méthode KonMari. Nous nous apercevons que sa mission date de la petite enfance et cela a forgé toute sa vie et sa carrière. Le point positif de ce manuel est qu’il se présente sous forme de questions et son texte est classé par ordre chronologique. Elle raconte des témoignages d’après son métier de conseillère. Cependant, nous avons son point de vue parfois très sévère et non conciliant sur certains de ses clients. Ce point m’a gêné par moments dans ma lecture. Sa méthode peut paraître très restrictive car il faut « tout jeter ce qui n’est pas utilisé ». Toutefois, je pense qu’il faut garder en tête certains de ses conseils mais tout appliquer selon moi semble impossible. Sinon chacun de nos bureaux ou lieux de vie risquent d’être aseptisés.

Je le relirai de temps en temps pour m’aider si j’ai de nouveaux problèmes d’organisation domestique. Cependant, je n’arriverai jamais à tout jeter car j’ai un caractère de collectionneuse, en particulier les livres.

Je vous conseille de le lire car nous avons tous un « bazar », donc vous trouverez des astuces que vous pourrez appliquer à votre sauce. 
Note : 

 

Lien vers mes avis sur les réseaux littéraires : BabelioBooknode, Livraddict

Mon avis date de 2015 et il a été rédigé dans un premier temps sur Blogger Athéna’s hobbies. Il y a eu quelques remaniements mais mon avis n’a pas changé !

Chronique, Lecture saga

LECTURE : « J’aurais adoré être ethnologue » de Margaux MOTIN (3 vol.)

Bonjour les passionnés de lecture,
Je vous présente mon avis sur les trois volumes de la saga de Margaux MOTIN. 
                   

On m’a conseillé cette bande dessinée ! J’ai lu le premier tome pour la première fois en 2010. J’ai lu le troisième tome en 2015.

 
Afin d’écrire cet article, j’ai effectué une relecture des trois tomes ! 
Mise en page :  

Les tomes 1 et 2 sont publiés chez Marabout, dans la collection Marabulles. Le troisième tome est publié chez les éditions Delcourt, dans la collection Tapas. 

Les trois volumes font 24,5 cm de haut et 18 cm de large. 

Les couvertures sont cartonnées et le papier est épais. 

Une anecdote peut faire entre une à deux pages/planches. 

 
 

 

 
Auteur : Margaux Motin est une illustratrice française. Elle illustre des anecdotes de sa vie de trentenaire sur son blog Margaux Motin

Saga :

J’aurais adoré être ethnologue
1. J’aurais adoré être ethnologue
2. La théorie de la contorsion
3. La tectonique des plaques

Editions de publication : Marabout ET Delcourt

Prix : 13,50 € (pour les tomes 1 et 2 ) et 22,95 € (pour le tome 3)

Genre / Thèmes : Graphique, BD / Contemporain, humour

Date de relecture : 26 juillet 2016 (Bilan lecture de juillet 2016)

Résumé de la saga : On suit des anecdotes de la vie de Margaux Motin : sa vie d’illustratrice-blogueuse, sa vie de mère et sa vie de trentenaire déjanté. 

Mon avis sur la saga :
J’aime beaucoup les dessins de Margaux Motin. À travers ces trois tomes, on voit l’évolution de sa technique ! Mon tome préféré d’un point de vue graphique est La tectonique des plaques
Ce sont de très beaux livres car les couvertures sont cartonnées, les pages sont épaisses, chaque page est illustrée … Chaque volume fait plus de 100 pages ! 
 
La parution du premier tome fut l’occasion de la publication en format papier des illustrations de son blog Margaux Motin.
Margaux Motin retrace des anecdotes de sa vie personnelle, sa vie d’illustratrice et sa vie familiale. 
C’est une femme d’une trentaine d’année, parisienne, fan des chaussures/mode/trucs mignons ! 
C’est une bd humoristique et girly ! 
 
Ces trois livres peuvent se lire indépendamment. Si vous voulez lire les trois tomes, je conseille tout de même de les lire dans l’ordre de parution. 
 
Dans chaque tome, la planche a un titre. L’histoire s’étale d’une à quatre pages. 
Le langage humoristique peut être considéré comme vulgaire car elle parle sans filtre. De plus, elle n’a pas peur de paraître ridicule. Elle ne se présente pas comme une femme parfaite ! 
 
J’aime beaucoup ce genre de BD car je regarde d’abord les dessins, je le feuillette et après je lis la bd. J’ai plaisir à les relire et les reregarder. 
 
Si vous avez moins de 20 ans, je ne vous conseille pas pour le moment Margaux Motin mais plutôt l’Autobiographie d’une fille GAGA de Diglee
 
Je pense que Margaux Motin est l’une des papesses des illustratrices françaises ! Je vous conseille de découvrir ces dessins soit à travers ces albums ou par son blog bd. 
 
Vous pouvez découvrir la première bd pour 12,90€ ! 
Je vous conseille cette BD ! 
Note sur les deux tomes : 
 
Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
Mon avis date de 2016 et il a été rédigé dans un premier temps sur Blogger Athéna’s hobbies. Il n’a pas changé !
Chronique, Lecture saga

LECTURE : « Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire » de Lemony SNICKET (13 vol.)

Bonjour les passionnés de lecture,
Je vous présente mon avis sur la saga Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire de Lemony SNICKET. Cette saga compte 13 tomes.  

J‘ai découvert cette saga quand j’étais adolescente. 

C’est une saga que j’ai lu tout au long de mon adolescence et au début de ma vie d’adulte.

En 2004, il y a eu une adaptation des trois premiers tomes. Ce film m’a beaucoup plus. 
Mise en page : 
J’ai les premières éditions grand format. Aujourd’hui, Nathan a sorti plusieurs volumes intégrales comprenant plusieurs tomes de la saga. Il existe également les treize tomes au format poche. 

 

Ce sont de très beaux livres car il y a beaucoup d’illustrations, la mise en page est agréable à lire et le papier est épais. 


Auteur : Lemony Snicket  est le pseudonyme de Daniel Handler. Il est écrivain et scénariste américain.

Saga :

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire

1. Tout commence mal …

2. Le laboratoire aux serpents 
3. Ouragan sur le lac
4. Cauchemar à la scierie
5. Piège au collège
6. Ascenceur pour la peur
7. L’arbre aux corbeaux
8. Panique à la clinique
9. La fête féroce
10. La pente glissante
11. La Grotte Gorgone
12. Le pénultième péril
13. La Fin

Editions de publication : Nathan

Prix : 6,20 € (chaque tome en poche)

Genre / Thèmes : Narratif, roman / Jeunesse, aventure

Résumé de la saga : Violette, Prunille et Klaus sont devenus orphelins car leur maison à brûler emportant leurs deux parents. Ces trois enfants sont envoyés chez les différents parents éloignés. Cependant un arrière-oncle essaye de mettre la main sur leur fortune par tous les moyens (mort ou vif).  

Mon avis sur la saga :
Chaque tome fait environ 200 pages. Il y a 13 tomes et chaque tome, fait 13 chapitres.
C’est une saga jeunesse avec une mise en page très agréable avec des illustrations et le texte en grande police. 
Cette saga est considérée comme des romans jeunesses. Cependant, je les ai lu pendant mon adolescence et le début de ma vie adulte. Le ton dit « jeunesse » ne m’a pas dérangé car cette saga adopte un humour noir et elle retrace l’histoire « funeste » de trois enfants. 
La grande originalité de cette saga est l’implication du narrateur/auteur. Lemony Snicket (alias Daniel Handler) fait beaucoup d’interventions dans chaque tome. Il donne la définition farfelue de certains mots (que les enfants ne connaissent pas) ou il nous prévient que l’aventure va être triste …
L’autre originalité est que l’auteur/narrateur retrace les aventures des trois enfants car il effectue l’enquête autour de leurs aventures. Vous apprendrez au fur et à mesure qu’il est impliqué implicitement dans les péripéties des Baudelaire. 
J’ai beaucoup aimé les pages de fin de chaque tome. Ce sont des pages supplémentaires à l’histoire des Baudelaire. Nous avons une description originale des différents auteurs (l’illustrateur, l’auteur …) et une lettre de l’auteur à son éditeur. C’est un petit supplément qui fait interroger l’enfant sur la véracité de l’histoire : « est-ce un roman ou une histoire vraie? » ou « le narrateur existe-t-il vraiment ? »… 
Les personnages principaux sont : Violette, Klaus, Prunille et le comte Olaf. Chaque tome nous fait découvrir de nouveaux personnages avec des personnalités très différentes. On a beaucoup de personnages dans ces 13 tomes mais ils ont leur personnalité propre. 
Par exemple, Violette est une inventeuse, Klaus est un lecteur, Prunille est une « mordeuse » et le comte Olaf est un méchant personnage. 
D’ailleurs les 13 tomes retrace l’évolution des trois héros à travers les péripéties funestes de leurs aventures. 
 
Au fur et à mesure des tomes, un mystère plane autour de la mort accidentelle des parents Baudelaire et des différents tuteurs. Le lecteur et les héros sont amenés à se questionner !  
Mes tomes préférés sont : 1. Tout commence mal … et 5. Piège au collège.
Le tome qui m’a le plus déçu est le treizième car il est annoncé comme la fin de la saga et des aventures des Baudelaire. Ce titre et ce dernier tome m’ont incité à penser que j’aurai la réponse à toutes mes questions, cependant ce n’est pas le cas. La Fin m’a déçu ! 
Chaque tome était toujours un très bon moment de lecture. J’aurai plaisir à la relire ! 
Je vous conseille cette saga !
 
Je vous conseille cette saga ! Ce n’est pas une saga jeunesse avec une fin heureuse à chaque tome. L’enfant n’est pas prit pour « un enfant fragile » car il va lire des aventures qui peut l' »effrayer ». L’évolution des trois héros peut correspondre à l’évolution d’un enfant et/ou un adolescent car lors de la lecture, le narrateur nous fait réfléchir sur les choix des personnages. Un peu comme la saga Harry Potter. 
Note sur les treize tomes : 

 

 
 

Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode

 

Mon avis date de 2015 et il a été rédigé dans un premier temps sur Blogger Athéna’s hobbies. Il n’a pas changé !

Chronique, Lecture, Lecture saga

LECTURE : « Percy Jackson 1. Le voleur de foudre » de Rick RIORDAN

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le premier tome de la saga Percy Jackson de Rick RIORDAN.  
Ce fut une des mes premières lectures lors de la création du blog Athéna’s hobbies

J’ai découvert cette histoire grâce au premier film en 2010 : Percy Jackson et le voleur de foudre.

Auteur : Rick RIORDAN (américain)
Saga : Percy Jackson
Titre : 1. Le voleur de foudre
Date de publication : 2005
Edition / Collection : Albin Michel / Wiz
Nombre de pages : 424 pages
Dates de lecture : juin – août 2015 (Bilan lecture d’août septembre 2015)
 
Genre / Thèmes : Narratif, roman / Jeunesse, fantasy, mythologie
 
Résumé de ce premier tome : « Etre un demi-dieu, ça peut être mortel… Attaqué par sa prof de maths qui est en fait un monstre mythologique, injustement renvoyé de son collège et poursuivi par un minotaure enragé, Percy Jackson se retrouve en plus accusé d’avoir dérobé l’éclair de Zeus ! Pour rester en vie, s’innocenter et découvrir l’identité du dieu qui l’a engendré, il devra accomplir sa quête au prix de mille dangers. » 

Mon avis : J’ai commencé à lire ce tome après avoir vu le film. Cependant je l’ai abonné en cours de lecture car le format poche m’avait gêné : la couverture était trop souple et les caractères étaient petits. J’ai donc acheté les cinq tomes de la saga Percy Jackson en grand format en 2012. C’était peut-être inconscient d’acheter la saga en grand format mais j’aime beaucoup trop la mythologie grecque pour être déçue d’un livre traitant sur le sujet, surtout écrit par un passionné d’histoire !

C’est un bon premier tome de saga !

Nous sommes sous le point de vue du héros principal Percy. C’est un personnage qui n’hésite pas à donner ses impressions avec une pointe d’humour. Le personnage principal et ses amis ont environ 12 ans, d’où l’attribution de cette saga en jeunesse. Cependant, il y a énormément d’actions et de péripéties que des enfants de 12 ans ne peuvent pas vivre.

Avant de lire cette saga, il faut avoir quelques notions sur la généalogie des dieux car il y a de nombreux personnages mythiques dès ce premier tome. Durant ma lecture, j’ai ressenti que l’auteur maîtrisé son sujet pour nous offrir une bonne réécriture.

Malgré la découverte pour le héros de cet univers, nous n’avons pas de longs passages descriptifs sur les origines … Bien au contraire, tout le livre se concentre pour nous amener à l’action pour ainsi capter ses lecteurs.
 
La fin de ce premier tome ouvre sur de nouvelles aventures avec l’apparition hypothétique d’un super méchant !
 
Note pour ce premier tome : 
Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode

Mon avis date de 2015 et il a été rédigé dans un premier temps sur Blogger Athéna’s hobbies. Il n’a pas changé !