Chronique, Lecture

LECTURE : « Le bel esprit de l’Histoire » de Stéphane BERN

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le petit livre sur Le bel esprit de Stéphane BERN.

 
Je suis une fan inconditionnelle de Stéphane BERN donc je collectionne et je lis tous ces livres. 
C’est une livre historique original. 

Mise en page :

Auteur : Stéphane BERN, français
Titre : Le bel esprit
Nombre de tomes : 1/1
Date de l’édition : 2013
Edition : Albin Michel
Nombre de pages : 319 pages


Format lu : Livre, poche, format carré

Genre / Thèmes : Argumentatif, essai, historique, citations

 

Résumé :  « Les personnages historiques ont plus souvent bel esprit que bon esprit. Faut-il s en étonner ? Dans les duels feutrés des cours et des ministères ou sur les champs de bataille, on manie les mots comme des fleurets, et on cherche celui qui fera mouche. Les plus méchants traits sont souvent les plus drôles seules les victimes ne rient pas. » Stéphane Bern
Louis XIV, Casanova, Mozart, Talleyrand, Lyautey, Jaurès, Stendhal, Churchill… Stéphane Bern rend hommage, à travers un florilège de piques et répliques alertes, souvent corrosives, à ces bretteurs de notre Histoire qui ont contribué à asseoir le bel esprit français.
Dates de lecture : 08-12 octobre 2016 (Bilan lecture du mois d’octobre 2016)
Le format de ce livre est original : 15 cm de haut et 13 cm de large. 
 

Mon avis : 

Je suis une fan inconditionnelle de Stéphane Bern car c’est l’une des personnes qui m’a fait aimé l’Histoire par le biais de ces émissions et de ces livres. Je collectionne donc tous ces livres et je les lis tous. Bien que je mets 5/5 à tous ces livres, je vais vous faire une chronique objective.  C’est un livre historique original et très petit. 

Tout d’abord, il est composé uniquement de citations de personnages historiques. Ce sont des citations célèbres ou non.

Chaque page est présenté de cette manière : le contexte et le personnage historique et la citation. 

C’est une lecture très rapide si vous le lisez de la première à la dernière page. Cependant, je pense qu’il faut le lire ponctuellement.

Vous apprenez ainsi le contexte de cette phrase célèbre. Certaines sont drôles et d’autres sont remplies de sarcasme.

Le gros bémol est le prix par rapport à l’apport et le temps de cette lecture.

Personnellement, je l’ai acheté d’occasion donc c’est pour cela que je l’ai lu mais je ne vous conseillerai en aucun cas de dépenser 12€ pour ce livre (même si c’est un Stéphane Bern).

Je le relirai ponctuellement.

Je le conseille pour les fans d’Histoire et de citations historiques ! 

 

Un livre de Stéphane Bern ! 

 

Note : 

 
Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies
Chronique, Lecture

LECTURE : « Vivre heureux dans un petit espace » de Dominique LOREAU

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le petit livre de développement personnel sur Vivre heureux dans un petit espace de Dominique LOREAU.

 
C’est un livre au format poche, en hard-back et il y a également une jaquette. 
Il y a une table des matières très précise : les titres des parties, des chapitres et des sous-chapitres. 
A chaque nouveau titre, il y a une citation. 

Mise en page : 

Auteur : Dominique LOREAU, française
Titre : Vivre heureux dans un petit espace. 
A la recherche d’un bonheur simple
Nombre de tomes : 1/1
Date de l’édition : 2016
Edition : Flammarion
Nombre de pages : 286 pages

Auteur : Dominique Loreau est une essayiste française. Elle vit au Japon et elle est imprégnée de cette culture asiatique. Elle est devenue une des papesse sur le développement personnel francophone

Format lu : Livre, hard-back, poche, jaquette

Genre / Thèmes : Argumentatif, essai, lifestyle, développement personnel

Résumé :  Ne sommes-nous pas trop matérialistes ? Avons-nous vraiment « réussi nos vies » parce que nous avons une grande maison ? Le vrai bonheur ne résiderait-il pas dans notre espace intérieur ? Comment vivre pleinement le moment présent sans se soucier des biens matériels ? La vie ne serait-elle pas plus simple si nous nous défaisions de tout ce qui nous encombre ? Après le succès de L’art de la simplicité de L’art de l’essentiel et de L’art de mettre les choses à leur place, c’est une nouvelle façon d’aborder la vie que l’auteur propose dans cet ouvrage : vivre heureux dans un petit espace, c’est accéder au bonheur simple.
 
Dates de lecture : 10-19 juillet 2017 (Bilan lecture du mois de juillet 2017)
Avant de commencer cette chronique, je tiens à souligner que les livres de développement prennent de plus en plus de place dans les librairies et dans nos bibliothèques. Il n’est plus tabou de lire ce genre de livre car il apporte des solutions dans l’organisation de nos vies. J’aime de plus en plus en lire en particulier sur le rangement, la gestion du temps et l’organisation. Vous en verrez de plus en plus sur le blog et la chaîne Youtube. 
 

Mon avis : 

Avant de commencer ce livre, je pense qu’il faut être un jeune adulte ou adulte pour lire ce livre. Il faut avoir un « chez soi » petit ou grand. Je le précise car les propos de l’autrice vous feront réagir et vous feront réfléchir sur votre conception du « chez soi ». Je crois que ce livre traite d’un sujet qui nous parle à tous : se satisfaire de son chez soi.

Je souhaitais lire ce livre car je vis dans « un petit espace » et je me suis rendue compte que j’aimais mon « chez moi » mais je veux toujours plus grand.

Ce livre rentre dans la thématique du minimalisme et il est spécialisé sur l’habitat. 

C’est un livre que je relierai tout au long de ma vie car la conception de son « chez soi » évolue selon les étapes de notre vie.

L’autrice aborde SA conception de l’habitat : les avantages des petites surfaces, le regard des autres et de la société sur l’habitat idéal, le minimalisme, le concept architectural oriental …

C’est un livre de développement personnel donc j’attendais des réponses sur mes questions sur la notion du chez soi et des astuces pour vivre dans une petite surface.

C’est un livre qui m’a révolté à plusieurs reprises mais il m’a fait beaucoup réfléchir sur la vie que je voulais mener et sur mon « chez moi » idéal. 

J‘ai été révolté par certaines idées de l’autrice car ce n’est pas MA conception de la vie. D. Loreau est très influencée par son vécu et sa vie au Japon. Je suis française et européenne donc je n’ai pas le même mode de vie par rapport aux sociétés orientales. C’est un gros point négatif car il est très présent dans son essai.

Elle oublie la notion financière en particulier sur la question de l’achat successif de biens immobiliers et des déménagements.

Elle nous énonce SA notion du couple et de la vie de famille. Je ne partage pas ses idées mais ce qui m’a beaucoup gênée est qu’elle nous les énonce sur le ton de la vérité générale. Je sais que c’est un essai mais l’autrice doit expliquer son point de vue sachant qu’elle va être lue par des lecteurs d’origine et de milieu social différents. 

Bien que je n’adhère pas à certaines de ses idées, certains éléments ont retenu mon attention : la société nous donne une image dictée sur la vie et la maison à avoir, le luxe n’est pas forcément d’avoir beaucoup de mètres carrés ou de meubles, il faut privilégier la qualité de vie que la quantité d’objets, il faut penser à nos vieux jours … 

C’est une déception car je n’ai pas eu assez de conseils et elle a eu tendance à imposer ses idées. 

Malgré cette déception, je souhaite le relire plus tard car la notion de chez soi évolue selon les stades de notre vie. 

Je le recommande à ceux qui souhaite acheter un appartement ou une maison, aux jeunes adultes et aux adultes installés. Je le conseille si vous vous intéressez à la notion de minimalisme dans l’habitat.  

 

Je le conseille pour vous faire réfléchir sur votre conception de chez soi ! 

 

Note : 

 
Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies
Chronique, Lecture

LECTURE + FILM : « La vie est belle »

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur la lecture du scénario du film La vie est belle écrit par R. BENIGNI et V. CERAMI.

 

C’est le livre du scénario du film de 1997.

J’ai lu ce livre en même temps que visionner le film. 

Mise en page : 

Auteurs : GUDULRoberto BENIGNI et Vincenzo CERAMI, italiens
Titre : La vie est belle
Nombre de tomes : 1/1
Edition : Folio
Date de l’édition : 1997
Nombre de pages : 254 pages
Prix : 6,60 €

Genre / Thèmes : Narratif, scénario, film, historique, dramatique

Résumé :  Et, direz-vous, pourquoi faire rire d’une chose aussi tragique, de la plus grande horreur du siècle ? Mais parce que c’est une histoire dédramatisée, un film dédramatisé. Parce que la vie est belle, et que le germe de l’espoir se niche jusque dans l’horreur ; il y a quelque chose qui résiste à tout, à quelque destruction que ce soit. Le rire nous sauve ; voir l’autre côté des choses, le côté surréel, amusant, ou parvenir à l’imaginer, nous empêche de nous briser, d’être emportés comme des fétus, nous aide à résister pour réussir à passer la nuit, même lorsqu’elle paraît longue. Et l’on peut, après tout, faire rire sans blesser personne : il existe toute une tradition d’humour juif particulièrement téméraire à cet égard.

Dates de lecture : 17 mai 2017 (Bilan du mois de mai 2017)

Mon avis : 

Je n’avais jamais vu le film avant ce 17 mai 2017. Je connaissais bien sûr la réputation de ce film et le thème historique abordé.En achetant ce livre d’occasion, j’ai découvert que ce n’était pas un roman mais le scénario du film !

J’ai profité de la diffusion du film à la TV pour lire ce livre en même temps que regarder le film.

Le thème principal abordé est le sort des juifs dans un camp de concentration nazi en suivant un père et son fils (et la mère).

J’ai aimé cette lecture originale car j’ai effectué cette expérience de lire et regarder le film en même temps. Ce fut une bonne expérience ! 

Je ne dirai pas que ce livre est indispensable mais il n’est pas dispensable non plus.

Le scénario précise les personnages et la mise en scène. Nous sommes en Italie.

On peut considérer que ce film est divisé en 2 parties : la rencontre fantasque des parents et la vie de la petite famille ET la vie dans le camp.

J’ai été très touché par ce film : j’ai ri, j’ai été touché, j’ai eu peur et j’ai été choquée. La fin est bouleversante !

L’acteur et le réalisateur Roberto Benigni porte le film : il est fantastique ! 

Dans le film, les propos des Allemands ne sont pas traduits / sous-titrés. C’est assez gênant surtout dans une des scènes importantes :

J’ai aimé lire le scénario car j’avais la traduction des propos allemands (scène 52, p. 170-182). 

C’est un film à voir ! Il traite d’un aspect historique important de la Seconde Guerre Mondiale et il porte un message de tolérance et d’espoir.

Je conseille de regarder le film 

Note : 

 
Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies
Chronique, Lecture

LECTURE : « Zéro déchet » de Béa JOHNSON

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le livre pratique :  Zéro déchet de Béa Johnson. 

Mise en page :

Auteur : Béa JOHNSON, française
Titre : Zéro déchet
Date de l’édition : 2015
Nombre de tomes : 1/1
Nombre de pages : 411 p.
Edition : J’ai Lu
Dates de lecture : 26 février – 12 mars 2017 (Bilan lecture du mois de mars 2017)
Genre / Thèmes : Argumentatif, essai, lifestyle

Résumé : Béa Johnson nous explique comment elle et sa famille ont maintenu leur style de vie tout en ne produisant quasiment aucun déchet. Ils ont réduit leurs dépenses annuelles de 40 %, et n’ont jamais été en aussi bonne santé, à la fois physiquement et émotionnellement.
Elle nous donne des centaines de trucs faciles pour une vie respectueuse de l’environnement qui, même pour les plus occupés d’entre nous, sont simples à appliquer.
Sa devise (et seulement dans cet ordre) :  » refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter  » Plus d’une centaine d’outils et astuces : 
Pourquoi mettre une brique dans le réservoir d’eau des toilettes ? Comment faire son mascara, sa laque ou son dentifrice ? Comment fabriquer sa propre moutarde, emballer le déjeuner des enfants sans utiliser de plastique, avoir une alimentation saine et sans gâchis, créer ses produits d’entretien et éviter tous les toxiques, refuser les pubs intempestives dans la boîte aux lettres, faire son papier recyclé ou son compost ?
Avant de commencer cette chronique, je tiens à souligner que les livres de développement prennent de plus en plus de place dans les librairies et dans nos bibliothèques. Il n’est plus tabou de lire ce genre de livres car ils apportent des solutions dans l’organisation de nos vies. J’aime de plus en plus en lire en particulier sur le rangement, la gestion du temps et l’organisation. Vous en verrez de plus en plus sur le blog et la chaîne Youtube. 

Mon avis : 

J’ai découvert la notion de « zéro déchet » grâce à une émission de Capital en 2016. Dans cette interview, on parlait de ma méthode de Béa Johnson. 

La notion de « Zéro déchet » est d’arrêter de surconsommer et d’acheter des produits qui ne nous servent pas ni qui se recycle pas. Le but est de réduire les déchets ménagers. Cela s’inscrit dans la démarche « minimaliste ». 

Je ne suis pas une écolo dans l’âme mais je fais attention : je trie mes déchets, je n’achète pas pour surconsommer, je mange bio et locale …  

Malgré le résumé, je ne souhaite pas mener une vie totalement « zéro déchet » ni « minimaliste » mais je souhaite améliorer mon quotidien et cette question écologique m’intéresse.Cette notion « zéro déchet » est défini comme un mode de vie contre la surconsommation, elle privilégie une vie écolo et cela peut s’appliquer sur l’alimentation, la vie quotidienne et le rangement.

La particularité de ce livre est que l’autrice est française et elle vit aux USA (à San Francisco). Elle nous parle de sa vie française et sa vie américaine. Et surtout, elle nous donne des astuces applicables en France et des adresses françaises et étrangères. Le livre est adapté à son lectorat ! 

Le livre commence par une introduction indispensable pour comprendre la méthode de l’autrice. Elle nous parle de sa vie et de son enfance, son point de départ et le développement de sa démarche et ses erreurs.

Ce livre est divisé en parties. Ces parties correspondent aux différentes pièces de la maison. Cela est très pertinent ! Les parties sont : la cuisine, la salle de bains, la chambre, le ménage, le bureau, l’école, les fêtes et les sorties. 

Certains conseils sont bons à prendre mais d’autres sont poussés à l’extrême. Comme tout livre de développement personnel, ces conseils ne sont pas à appliquer aveuglement : je vous conseille de réfléchir lors de votre lecture sur la définition du zéro déchet proposé par Béa Johnson.

Selon moi et mon expérience dans la lecture de livres de développement personnel, je trouve que c’est l’un des meilleurs par sa méthodologie. On a des anecdotes sur l’expérience personnelle de l’autrice mais il n’y a pas eu de répétitions et cela ne prend pas la majeur partie du livre. Chaque partie s’attaque à une pièce.

L’autrice nous donne une définition sur son exemple personnel et son idée du foyer : une famille dans une maison avec jardin.

J’ai noté quelques conseils mais je n’aurai pas de composteur et je n’irai pas faire mes courses avec mes bocaux.  

 
Une bonne définition mais ne pas à prendre au pied de la lettre ! 

 

Note : 

 
Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies
Chronique, Lecture

LECTURE : « Nuits d’enfer au paradis »

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le recueil de nouvelles fantastiques Nuits d’enfer au paradis. 

C’est un recueil de nouvelles rédigées par des auteurs américains. Il a été publié lors du phénomène « vampire » suite à la publication des romans de Stephenie Meyer de la saga Twilight

Ces auteurs se sont rassemblés autour du thème du bal de promo aux USA. 

Mise en page :

Auteurs : Stephenie MEYER, Meg CABOT, Lauren MYRACLE, Kim HARRISON et Michele JAFFE, américains
Titre : Nuits d’enfer au paradis
Date de l’édition : 2008
Nombre de tomes : 1/1
Nombre de pages : 357 p.
Edition : Hachette / Back Moon
Dates de lecture : 08 – 19 mars 2017 (Bilan lecture du mois de mars 2017)
Genre / Thèmes : Narratif, nouvelles, fantastique, young-adult

Résumé : Quelle fille n’a jamais rêvé d’être la reine du bal de fin d’année ? Une robe vaporeuse, un cavalier élégant et amoureux, une musique entêtante… Les histoires de ce recueil réunissent des héroïnes qui ont tout pour accéder au podium. Malheureusement, c’est sans compter sur les vampires, démons et autres morts-vivants qui s’invitent à la fête… Alors, prêtes à danser avec le Diable ?Vous retrouverez :

  • S. Meyer, « L’Enfer sur Terre » (p. 7-69)
  • M. Cabot, « La fille de l’Exterminateur » (p. 71-125)
  • L. Myracle, « Le Bouquet » (p. 127-177)
  • K. Harrison, « Madison Avery et l’Ange des Ténèbres » (p. 179-256)
  • M. Jaffe, « Baisers Divins » (p. 257-358)

Mon avis : 

C’est une relecture. 

J’ai lu ce roman en 2009. J’aime l’univers fantastique young-adult donc je souhaitais lire et relire ces nouvelles.

Les avantages du format nouvelle sont une histoire courte et la découverte d’auteurs.

Ce livre a été écrit suite à la publication des romans de Stephenie Meyer. Les éditeurs en ont joué pour faire la promotion publicitaire. 

C’est un recueil de nouvelles par des auteurs américains en vogue. Ils se sont réunis autour d’un même thème et ils ont écrit des romances adolescentes fantastiques. 

Bien que j’aime le genre young-adult, j’ai trouvé en général que l’on a le côté adolescent « niant-niant » et ce sont des romances adolescentes clichées. 

Je n’ai eu aucune nouvelle coup de coeur. Les nouvelles sont de qualité différente et variable selon l’auteur. Les nouvelles ont un nombre de pages différentes. Je reste mitigé sur l’ensemble de ces nouvelles.On a plusieurs créatures fantastiques : les anges, les démons, le super héros, l’exterminateur, la voyante et les zombies. On change de créatures habituelles !

Celles que j’ai bien aimé mais je suis mitigée : 

  • S. Meyer, « L’Enfer sur Terre » : le début a été difficile mais le milieu et la fin sont mieux ; 
  • M. Cabot, « La fille de l’Exterminateur » : ma préférée mais elle a été trop rapide et j’attend presque une suite ; 
Celles que je n’ai pas aimé : 
  • L. Myracle, « Le Bouquet » : grosse déception à cause des problèmes d’adolescents exagérés ; 
  • K. Harrison, « Madison Avery et l’Ange des Ténèbres » : bonne idée de base mais il y a des anecdotes développées non permanentes ; 
  • M. Jaffe, « Baisers Divins » : un peu hors thème et je l’ai lu en diagonal. 
Résultat :  déception de manière générale car on a des clichés adolescents et les éléments fantastiques ne sont pas assez poussés !
 
Le thème commun est le bal de promo :  le thème est très souvent respecté. 

 

 
DECEPTION malgré une relecture ! 

 

Note : 

 
Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies
Chronique, Lecture

LECTURE : « Tant que nous sommes vivants » d’Anne-Laure BONDOUX

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le roman :  Tant que nous sommes vivants d’Anne-Laure BONDOUX.

J’ai lu ce livre en lecture commune avec Maud de la chaîne Des livres / Une fille et du blog Des livres / Une fille.
Je vous invite à aller voir son avis sur ce livre dans son article et dans sa vidéo
 

Mise en page : 

Auteur : Anne-Laure BONDOUX, française
Titre : Tant que nous sommes vivants
Nombre de tomes : 1/1
Edition : France Loisirs
Date de l’édition : 2014
Nombre de pages : 298 pages
Prix : 6,90 €


Genre / Thèmes : Narratif, roman, contemporain, jeunesse

Résumé :  « Nous avions connu des siècles de grandeur, de fortune et de pouvoir. Des temps héroïques où nos usines produisaient à plein régime, et où nos richesses débordaient de nos maisons.
Mais un jour, les vents tournèrent, emportant avec eux nos anciennes gloires. Une époque nouvelle commença. Sans rêve, sans désir.
Nous ne vivions plus qu’à moitié, lorsque Bo entra, un matin d’hiver, dans la salle des machines. »
Folle amoureuse de Bo, l’étranger, Hama est contrainte de fuir avec lui. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers des territoires inconnus. Leur amour survivra-t-il à cette épreuve ? Parviendront-ils un jour à trouver leur place dans ce monde ?
Dates de lecture : 18 – 21 avril 2017 (Bilan lecture d’avril 2017)

Mon avis : 

J’ai lu ce livre en lecture commune avec Des Livres / Une fille
Je suis très heureuse d’avoir pu lire ce livre avec cette booktubeuse et blogueuse !
J’ai pu partager mes ressentis de lecture au fur et à mesure et j’ai sorti ce livre de ma PAL grâce à cette LC.  Je pense qu’il serait sans doute resté dans ma bibliothèque pendant longtemps : je serais donc passé à côté d’un coup de coeur.

Ce roman est divisé en quatre parties et chaque partie a un nombre différent de chapitres. Il y a une table des matières à la fin du livre.
Chaque chapitre a un nombre de pages différent.

J’ai beaucoup aimé le prologue. Il m’a accroché tout de suite. Cela a présagé un coup de coeur !

La plume d’Anne-Laure Bondoux est très poétique : c’est un conte moderne ! Avec  Des Livres / Une fille, on a été d’accord pour dire que : c’est un « livre ovni » et qu’il ne plaira pas à tous les lecteurs.

C’est un livre qui est difficile à commenter car c’est ce livre qui m’a touché et qui ne touchera pas tout le monde !

J’ai été touchée par tous les évènements vécus par Bo et Hama et leur enfant. On est plongé dans une histoire dans un contexte futuriste mais proche de nous. Bo et Hama n’était pas censé tomber amoureux mais leur histoire était tellement belle. Ils vivent des épreuves très difficiles mais c’est leur amour qui les font tenir. Les personnages secondaires sont également attachants. Il y a des histoires dans une histoire. La plume d’Anne-Laure Bondoux offrent un univers et des personnages poétiques.

J’ai tout aimé ! Un coup de coeur mais cela ne plaira pas à tous.

Il est classé en jeunesse mais je reste perplexe : c’est une histoire très métaphorique et poétique. L’autrice aborde des messages complexes sur les sentiments à travers des métaphores et la fin est particulière.

C’est un livre qui m’a bouleversé : les histoires d’amour, la plume et la fin …

Si vous lisez ce livre, vous comprendrez la signification de la couverture et vous la trouverez d’autant plus belle. 

Un livre à découvrir : un ovni soit on aime soit on aime pas … 

Je vous le conseille pour découvrir une plume poétique 
et de très belles histoires d’amour! 

 

Note : 

 
Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies
Chronique, Lecture

LECTURE : « Sortilège » d’Alex FLINN

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur Sortilège d’Alex FLINN

 
Il existe une adaptation cinématographique datant de 2011 : 

Mise en page :

Auteur : Alex FLINN,  américain
Saga : CielThe Kendra Chronicles
(non traduit en français)
Titre : Sortilège
Nombre de tomes parus : 1/3
Ebook
Prix : 6,99 €

Genre / Thèmes : Narratif, roman, fantastique, jeunesse/young-adult, réécriture de contes

 

Résumé :  « Je suis un monstre. Pourtant, autrefois, j’étais le type parfait : grand, beau, riche et… atrocement méchant. Je n’aimais que moi et c’est pour cela qu’un sort m’a été jeté. Je suis devenu une bête difforme, velue, monstrueuse. Il me reste deux ans pour être aimé d’une jeune fille, sinon… Ceci n’est pas un conte de fées. Mon histoire prend place aujourd’hui, en plein coeur de New York. J’espère que quelqu’un va venir à mon secours. »
Dates de lecture : 14 mars – 14 avril 2017 (Bilan du mois d’avril 2017)

Mon avis : 

Je voulais lire ce roman depuis sa sortie en 2009. 

Avant de lire ce roman, j’avais déjà vu le film et elle m’a plu. Elle est plus édulcorée : j’ai préféré le roman ! Vous comprenez très vite que c’est une réécriture moderne du conte de La Belle et la Bête à notre époque.

Ce roman commence sous la forme d’un tchat sur un forum de discussions « spécial monstres ». D’ailleurs il y a de nombreux clins d’oeil à d’autres contes (Grenouille, Sirène, Ours …). C’est sur ce forum que le personnage principal raconte son histoire.

On est sous le point masculin dans cette romance et cela change ! 

Le ton est moderne et humoristique. La psychologie du personnage change au fur et à mesure du récit.

Le personnage principal est à fois Kyle et Adrian (vous comprendrez en lisant).

J’ai beaucoup aimé sa transformation psychologique au fur et à mesure.

J’ai aimé également les personnages secondaires, en particulier par le précepteur. 

Je pense que Sortilège a été traduit par un québécois car j’ai relevé quelques expressions, comme « répétiteur » au lieu de « professeur ».

On a un épilogue qui nous fait comprendre que nous sommes dans une saga. La saga suit le personnage de la sorcière. Cependant ce tome peut être lu indépendamment du reste de la série.

Ce fut un coup de coeur grâce à la modernité de cette réécriture de contes ! 

 
Je le conseille pour tous les amoureux de La Belle et la Bête !

 

Note :

Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies
Chronique, Lecture

LECTURE : « Le plus petit baiser jamais recensé » de Mathias MALZIEU

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le roman : Le plus petit baiser jamais recensé de Mathias MALZIEU.

Mise en page : 

Auteur : Mathias MALZIEU, français
Titre : Le plus petit baiser jamais recensé
Nombre de tomes parus : 1/1
Edition : Flammarion
Date de l’édition : 2013
Nombre de pages : 158 pages
Prix : 6,00 €


Genre / Thèmes : Narratif, roman, contemporain

Résumé :  L’histoire d’amour entre une fille qui disparaît quand on l’embrasse et un inventeur dépressif. Alors qu’ils échangent le plus petit baiser jamais recensé, elle se volatilise. Aidé d’un détective à la retraite et d’un perroquet hors du commun, l’inventeur part à sa recherche.
 
Dates de lecture : 26 – 30 juin 2017 (Bilan lecture de juin 2017)

Mon avis : 

J’avais découvert la plume de Mathias Malzieu avec La mécanique du coeur

J’ai donc voulu poursuivre ma découverte de son Oeuvre et Le plus petit baiser jamais recensé est celui que je voulais lire en deuxième.Je l’ai emprunté à la bibliothèque.

C’est un livre court mais on doit savourer la qualité de l’écriture de Mathias Malzieu.

Ce fut une bonne lecture grâce à la plume et à l’histoire.

 

Tous les personnages sont attachants.

La plume poétique rend le décor et les personnages très fantastiques. 

J’ai retrouvé les caractéristiques de la plume de Mathias Malzieu : les métaphores, les messages subtiles et les messages cachés.

Ce n’est pas un coup de coeur car je connais désormais la plume et le style d’histoire de l’auteur.

J’ai préféré l’histoire et la fin de ce roman par rapport à la Mécanique du coeur

C’est dommage qu’il n’a pas été adapté. 

Je vous le recommande pour découvrir la plume de Mathias Malzieu (plus que La Mécanique du coeur).

 

Je vous le conseille pour découvrir une plume poétique ! 


Note : 

 
Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies
Chronique, Lecture

LECTURE : « Péplum » d’Amélie NOTHOMB

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le roman : Péplum d’Amélie NOTHOMB.

Mise en page : 

Auteur : Fabienne Amélie NOTHOMB 
alias Amélie NOTHOMB, belge
Titre : Péplum
Nombre de tomes parus : 1/1
Edition : Le livre de poche
Date de l’édition : 2003
Nombre de pages : 154 pages
Prix : 5,10 €


Genre / Thèmes : Narratif, roman, contemporain

Résumé :  Est-il possible que l’ensevelissement de Pompéi ait été un hasard, alors qu’il a été  » le plus beau cadeau qui ait été offert aux archéologues  » ? Selon la romancière, il s’agit d’un coup monté par les archéologues du futur. Cette supposition lui vaut justement d’être enlevée de sa chambre d’hôpital où elle vient de subir une opération. Lorsqu’elle se réveille, elle est en l’an… 2580. Elle consigne soigneusement son dialogue houleux avec le savant Celsius.
Entre cet homme fâché d’avoir été deviné et cette jeune femme énergique et furieuse contre ses ravisseurs s’instaure une vive et stimulante discussion sur le réel, le virtuel, le voyage dans le temps, la grande guerre du 26e siècle. Les devisants abordent aussi des questions de morale, de philosophie et d’art.
Dates de lecture : 05 – 11 avril 2017 (Bilan lecture d’avril 2017)

Mon avis : 

Je collectionne et lit tous les livres de l’autrice d’Amélie Nothomb. J’en lis très souvent !C’est l’un des romans qui m’intéressait le plus dans la bibliographie de l’autrice car elle traite de l’éruption du Vésuve en 79 apr. J.-C.

Avant de commencer ce roman, je vous conseille d’avoir une « bonne connaissance » sur l’histoire romaine : la ville de Pompéi, l’éruption du Vésuve et les vestiges connus de Pompéi.

L’intrigue se déroule en 1995 et en 2580. On ressent que l’autrice a écrit ce roman dans les années 2000 car elle parle des technologies futures sans penser qu’en 2017 on puisse les avoir.

C’est principalement un long dialogue entre deux personnages : A.N. et Celsius.

On a deux opposés qui s’affrontent : une femme et un homme, personne venant de 1995 et l’autre de 2580, une optimiste et un pessimiste …

Je retrouve « les ficelles » de l’autrice.

Comme il s’agit d’un dialogue entre les deux personnages, il n’y a pas de chapitre et il faut faire attention à ne pas se perdre.

Bien que le prétexte de cette rencontre est la destruction volontaire ou non de Pompéi, l’autrice aborde beaucoup de sujets (toujours d’actualité) : les classes sociales, l’amour, la nourriture, le système de gouvernement, le coefficient esthétique, les technologies futures …

J’aurais aimé rester focalisé sur le sujet de Pompéi mais Amélie Nothomb arrive à nous faire réfléchir sur beaucoup de thèmes.

Je pense que ce livre est l’un des plus difficiles de l’Oeuvre d’Amélie Nothomb : il peut vous plaire ou au contraire vous le détesterez.

J’ai aimé la fin et les clins d’oeil à notre époque (les années 1990-2000).

Je recommande de le lire dans un temps très court mais je ne conseille pas de lire en une fois car cela pourrait vous « dégoûter ».

Il peut déplaire ! 

 

Note : 

 
Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies
Chronique, Lecture

LECTURE : « Les combustibles » d’Amélie NOTHOMB

Bonjour les passionnés de lecture,

Je vous présente mon avis sur le roman : Les combustibles d’Amélie NOTHOMB.

Mise en page : 

Auteur : Fabienne Amélie NOTHOMB 
alias Amélie NOTHOMB, belge
Titre : Les combustibles
Nombre de tomes parus : 1/1
Edition : Le livre de poche
Date de l’édition : 2002
Nombre de pages : 88 pages
Prix : 4,60 €


Genre / Thèmes : Narratif, roman, contemporain

 

Résumé :  C’est la guerre et c’est l’hiver.
Deux hommes et une femme sont terrés dans un appartement. Combien de jours leur reste-t-il à vivre ? En attendant, il n’est plus interdit de révéler ses vraies passions. L’amour, le désir, l’intelligence résistent-ils au froid ? A-t-on le droit de consumer ses dernières forces à lire de la mauvaise littérature ? Enfin, à l’heure du choix ultime, quel livre est assez important pour ne pas être mis à l’épreuve du feu ?
Dates de lecture : 06 – 07 novembre 2016 (Bilan lecture de novembre 2016)

Mon avis : 

Je collectionne et lit tous les livres de l’autrice d’Amélie Nothomb. J’en lis très souvent !L’originalité de ce livre est que c’est un roman rédigé sous la forme de pièce de théâtre : mention des noms des personnages à gauche et description du décor en italique.

Il n’y a pas de chapitre.

L’intrigue se situe dans un espace temps non mentionné mais on comprend que nous sommes dans le futur. L’histoire se passe lors d’une période guerre. 

On est dans un huis-clos où trois personnages discutent sur LE LIVRE a sauvé des flammes. Le contexte leur impose de ce questionner car ils meurent de froid.

J’ai beaucoup aimé que l’autrice pose cette question ! 

Les trois personnages sont opposés l’un par rapport aux autres : l’âge, le sexe, le statut social.

Le contexte et l’histoire m’a fait pensé à une pièce du théâtre de l’absurde (par exemple, Rhinocéros d’Eugène Ionesco).

C’est l’un des plus petits de l’Oeuvre d’Amélie Nothomb. Il peut se lire en 1h30.

Il se lit très vite mais il aborde plusieurs sujets et il nous fait réfléchir.

La fin m’a laissé sous le choc : c’est l’une des marques de fabrique de l’autrice ! 

Une structure de texte originale ! Un sujet qui peut choquer un grand lecteur ! 

Note : 

 

 
Liens vers mes avis sur les réseaux littéraires : LivraddictBabelioBooknode
L’article a été également rédigé sur Blogger Athéna’s hobbies